CELLE Joseph

Par Jean-Michel Steiner

Né le 3 mai 1899 à La Fouillouse (Loire), mort en déportation le 31 août 1944 à Buchenwald ; forgeron ; militant CGTU puis CGT de la Loire ; militant communiste de la Loire.

Son père Jean Celle, né en 1864, a connu une instabilité professionnelle et géographique, reflet de la crise que traversait l’économie stéphanoise à la fin du XIXè siècle. Lorsque le 3 janvier 1891 il épousa Marie Prudhomme, ménagère née à La Ricamarie en 1864, il était employé à l’usine du gaz et le couple habitait à Saint-Étienne où, le 12 octobre 1891, naquit leur fille aînée Marie Jeanne. Jean fut ensuite employé comme cocher. Lors de la naissance de ces deux premiers garçons, Blaise en 1894 et Marcellin, en 1897, il était jardinier à Saint-Just-sur-Loire. Joseph Celle, dernier de la fratrie naquit à La Fouillouse où son père était fermier.

Qaund le 2 septembre 1909, l’aînée épousa le mineur Jean Chomat à Saint-Jean-Bonnefonds (Loire), le père fut déclaré “sans domicile connu”. Marie Prudhomme vivait désormais seule avec ses trois fils dans le quartier du Montcel à La Ricamarie. Les trois garçons participèrent aux combats la Grande Guerre. Blaise qui était électricien puis conducteur fut envoyé au front pendant tout le conflit. Marcellin, frappeur puis tourneur de précision, incorporé en août 1916, fut gazé le 10 octobre 1918. Joseph Celle, exerçant lui aussi la profession de frappeur, fut incorporé à compter du 16 avril 1918. D’abord affecté au 86° Régiment d’infanterie puis au 16e RI il rejoingnit ensiute plusieurs régiments de défense contre aviation. En mai et juin 1921, il fit partie des troupes d’occupation en Rhénanie avant d’être démobilisé le 30 juin.

Ayant rempli ses obligations militaires, Joseph Celle revint à La Ricamarie, où il vivait avec sa mère, sa tante Marguerite Prudhomme qui était dévideuse, son oncle, Joseph, métallurgiste aux mines de Montrambert, dont l’épouse – née Conorton – était gérante d’une coopérative et leurs deux enfants : Marius, ajusteur dans l’entreprise Boudet et Jeanne, employée. En 1926, Joseph Celle déclara à l’agent recenseur qu’il travaillait comme forgeur à la Compagnie des Tramways. Le 4 juin 1932 à La Ricamarie, il épousa Marie Antoinette Defours et le couple s’installa à Saint-Étienne, 32 rue de Montail. Ils divorcèrent le 22 mai 1937. Joseph Celle se remaria ensuite à Saint-Étienne avec Jeanne Beaufochet.

Élu membre du comité de rayon de Saint-Étienne par la conférence du Parti communiste de Saint-Étienne le 13 octobre 1929, Joseph Celle était en 1932 trésorier de la cellule communiste du quartier de Bellevue (dix adhérents) dont le secrétaire était Claudius Delorme. En 1936, Joseph Celle représenta le syndicat des Traminots de Saint-Étienne au congrès confédéral de la CGT.

Du 28 septembre au 6 octobre 1938, lors de la crise des Sudètes, il fut mobilisé à la 141è batterie de DCA. À la fin de 1939, dans son rapport détaillé sur l’organisation communiste dans la Loire, le commissaire spécial Nonon le signala comme un des deux responsables du syndicat des Traminots de Saint-Étienne.

Arrêté à Saint-Étienne le 16 octobre 1940, Joseph Celle fut interné successivement dans plusieurs camps de la zone non occupée : Mons, Nexon, Saint-Paul d’Eyjaux, Saint-Sulpice la pointe (Tarn). Le 30 juillet 1944 il fut déporté dans un convoi au départ de Toulouse vers Buchenwald où il mourut le 24 août.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19133, notice CELLE Joseph par Jean-Michel Steiner, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 29 avril 2022.

Par Jean-Michel Steiner

SOURCES : Arch. Nat. F7/13116 et F7/13129. — Compte rendu du congrès confédéral de la CGT de 1936. Arch. Dép.Loire : 3 E 98_12, La Fouillouse, naissances, 1899-1907 ; 6 M 730, La Fouillouse, recensement 1901 — 3 E 238_26, mariages Saint-Jean-Bonnefonds 1907-1909. — recrutement circ. Montbrison : 1 R 1664, classe 1914, matricule 424. — 1 R 1709, classe 1917, matricule 1657. — 1 R 1739, classe 1919, matricule 871. — 6 M 516 recensement La Ricamarie : (1926). – 1 M 525, parti communiste (1930-1939). — Arch. Mun. Saint-Étienne : 1 K 14, liste électorale 1935 1 K 24, liste électorale 1939. — Notes de Jean-Pierre Besse et Louis Botella
BIBLIOGRAPHIE : Forissier Nathalie, La déportation dans la Loire. 1940-1944, Saint-Étienne, PUSE, 2005. — Luirard Monique, La Région stéphanoise dans la guerre et dans la paix (1936-1951), Saint-Étienne, PUSE - CIER/SR, 1980.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément