CELSE Josette, Colombe

Par Jacques Girault, Jean Reynaud

Née le 28 août 1934 à Gap (Hautes-Alpes), morte le 28 juin 1990 à Grenoble (Isère) ; professeure ; militante syndicaliste du SNES ; militante de l’UEC et communiste dans les Hautes-Alpes et dans l’Yonne ; membre du secrétariat de la fédération communiste des Hautes-Alpes (1971-1985).

Fille d’un gendarme et d’une chef de service des PTT, Josette Celse, adjointe d’enseignement aux lycées Villars, puis Aristide Briand de Gap (1958-1963), devint professeur certifiée d’histoire-géographie aux lycées de filles d’Auxerre (Yonne) en 1963-1964 puis Briand de Gap, à partir de 1964. Elle était active dans l’association des professeurs d’histoire et de géographie.

Membre de l’Union de la jeunesse républicaine de France, elle militait à l’Union des étudiants communistes à la faculté des lettres de Grenoble de 1954 à 1958, secrétaire de l’organisation de la faculté en 1957-1958, et membre du comité national (février 1957-octobre 1958). Elle adhéra au Parti communiste français en 1956 et fut membre du comité de la section communiste de Grenoble en 1957-1958. Secrétaire du foyer du l’Union des jeunes filles de France de Gap fondé en 1958, elle avait participé aux festivals de la Jeunesse en Pologne (1955) et en URSS (1957).

Josette Celse fut élue en 1959 membre du comité de la fédération communiste des Hautes-Alpes. Elle suivit les cours de l’école centrale d’un mois du PCF (août 1960). Non réélue en 1963, en poste à Auxerre, secrétaire de la section communiste de cette ville, elle devint membre du comité et du bureau de la fédération communiste de l’Yonne en 1964.

Revenue dans les Hautes-Alpes, secrétaire de la section communiste de Gap, elle fut à nouveau élue au comité fédéral en 1965 et devint alors membre du bureau de la fédération, responsable à l’éducation. Elle le demeura jusqu’en 1971, année de son élection comme deuxième secrétaire fédérale. Elle était la responsable du travail en direction des femmes. Membre du bureau de la section communiste de Gap, elle était au sein du secrétariat fédéral responsable de l’organisation. Troisième secrétaire fédérale de 1979 à 1985, elle était la responsable de la propagande. Par la suite, elle fut élue simplement au bureau fédéral.

Josette Celse fut la candidate suppléante aux élections législatives de 1962, de 1967 dans la première circonscription de Gap. Elle fut candidate au conseil général dans le canton de Gap en 1973, dans le canton Nord-Est de Gap en 1976 et en mars 1982 (221 voix).

Elle militait également au Syndicat national de l’enseignement secondaire à partir de 1958, fut secrétaire de la section syndicale (S1) du lycée Briand puis secrétaire de la section départementale (S2) du SNES des Hautes-Alpes. Elle assura le lien permanent entre son département et les instances académiques ou nationales du syndicat. Elle participa à de nombreux conseils et congrès nationaux et fut candidate à plusieurs reprises sur la liste Unité et Action pour les élections à la commission administrative nationale du SNES.

Josette Celse mourut à l’hôpital de La Tronche lors d’une opération chirurgicale.

Son frère, Guy Celse, ancien membre de l’UEC, adhéra au PCF en 1965. Il devint surveillant général puis conseiller principal d’éducation du lycée Dominique Villars et militant du SNES.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19141, notice CELSE Josette, Colombe par Jacques Girault, Jean Reynaud, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 11 novembre 2021.

Par Jacques Girault, Jean Reynaud

SOURCES : Arch. SNES (Aix-Marseille et IRHSES). — Arch. comité national du PCF. — Renseignements fournis par le frère de l’intéressée.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément