VILOTTE François

Par Jean-Luc Labbé

Né à Argenton (Indre) le 14 janvier 1819, mort le 18 mai 1888 à Saint-Denis du Sig-Oran (Algérie), ouvrier teinturier et filateur domicilié à Issoudun (Indre), militant démocrate-socialiste en 1848, condamné en 1851 pour participation à un banquet, arrêté début décembre 1851, déporté en Algérie en Mars 1852 où il décide de rester.

Au moment de la Seconde République François Villotte, alors âgé d’une trentaine d’années et père de quatre enfants, travaillait chez Louis Sineau, fabricant de drap dans son moulin de Chinault à Issoudun et lui-même démocrate-socialiste. Selon l’acte d’accusation qui le condamna en janvier 1852 à la déportation à Cayenne, François Villotte était « le chef reconnu des artisans, socialistes des plus dangereux, un des affiliateurs à La Jeune Montagne ». Il fit partie des treize condamnés à la peine la plus lourde dans le département de l’Indre suite au coup d’Etat de Napoléon III début décembre 1851.
Sa peine fut commuée par le Général Canrobert en février 1852 (suite à une intervention de G. Sand ?) en internement en Algérie. Gracié en 1855, il décida de rester en Algérie. En 1882, domicilié à Oran, il bénéficia de la loi d’indemnisation en faveur des victimes des répressions politiques ; il avait alors 63 ans et toucha une rente annuelle de mille Francs. Villotte avait fait venir sa femme qui, selon le rapport préalable à la délivrance du passeport, était « réellement socialiste ». La fille du couple, épouse d’un autre déporté (Garnier Jean), était venue également rejoindre son mari à Tlécem. La famille Villotte-Garnier était également en lien familial avec Jean-Baptiste Lumet, le chef de file des vignerons.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191424, notice VILOTTE François par Jean-Luc Labbé, version mise en ligne le 14 avril 2017, dernière modification le 4 mai 2020.

Par Jean-Luc Labbé

SOURCES : B. Moreau, Marianne bâillonnée, 2002 – Arch. Dép. Indre M 2584. – Arch. Dép. Cher 2U233.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément