Cluis (Indre), août-septembre 1944

Par Michel Gorand

Les morts du maquis de Cluis, août - septembre 1944

Le maquis de Cluis a été créé en mars 1944 par Albert Gouliard, ancien militaire, qui résidait alors à Cluis, près de la gare ; c’était un sous-secteur « Armée secrète » (AS), qui se développa début juin, constituant la 7e Compagnie (intégrée le 15 juillet au 3ème bataillon du groupe Indre-Est) ; son adjoint était André Leroy, gendarme à Cluis. Cette Compagnie participa à plusieurs sabotages de la voie ferrée Paris-Toulouse et fit sauter de nombreux ponts routiers. Elle était mobile et changeait souvent de campement autour de Cluis : Le Grand Frêne, Corsanges, La Maison Dieu, Les Feuillets, Les Pasquets ; en août 1944, au moment de la retraite des Allemands elle fut envoyée à la limite du Cher pour retarder cette retraite : Saint-Julien-sur-Cher, Anjouin, Ségry.

GOULIARD Albert, Lucien, (dans la résistance : Lieutenant Albert)
LEROY André, Raymond
QUINSAC Raymond
CREUSILLET André
CHARBONNIER Sylvain
PORTIER Auguste
ULRICH Marcel
MOULIN Georges, Jules
THIBAUD Pierre, Louis, Rémy
HOLLAENDER Louis
ARDELET Pierre
MOUZÉ Henri

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191521, notice Cluis (Indre), août-septembre 1944 par Michel Gorand, version mise en ligne le 19 avril 2017, dernière modification le 27 juin 2021.

Par Michel Gorand

Cluis : plaque concernant la guerre de 1939-1945
Cluis : plaque concernant la guerre de 1939-1945
Pour la période 1940-1945, l’année 1944 fut, pour Cluis, la plus meurtrière : 10 sur 18, dont 8 tués en été 1944.
Cliché de Michel Gorand
Monument érigé près de la gare de Cluis.
Monument érigé près de la gare de Cluis.
en hommage « au Capitaine Albert Gouliard et à ses Camarades ».
Cliché Michel Gorand
cliché Michel Gorand

SOURCE : Compte rendu d’activités de la 7e Compagnie (Juin-septembre)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément