SERRE Michel [SERRE Michel, Joseph]

Par Marie-Cécile Bouju

Né le 12 avril 1907 à Dompierre-sur-Besbre (Allier), mort le 20 avril 1993 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) ; artisan imprimeur, résistant.

Fils de Pierre Serre, garde particulier, et de Jeanne Bruet, sans profession, Michel Serre avait son certificat d’études primaires. Il était imprimeur façonnier. Son atelier se trouvait au 101 rue Louis-Blanc à la Varenne-Saint-Hilaire (Val-de-Marne), sa famille habitant au n°104.
Avant 1939, Michel Serre était considéré par la police comme ayant des « sympathies nettement acquises aux doctrines de la IIIe Internationale ». Il participait aux meetings et réunions qui se tenaient à Saint-Maur-des-Fossés. Des organisations communistes figuraient dans sa clientèle ainsi qu’André Parsal.
Il fut mobilisé pendant la Drôle de guerre. Après la guerre, il adhéra au Parti ouvrier et paysan français.
Il a été arrêté à plusieurs reprises pendant la Seconde guerre mondiale. Le 5 décembre 1940, il avait été dénoncé comme possédant des tracts communistes. La perquisition fut infructueuse. Le 1er avril 1941, il a été arrêté pour avoir fabriqué de faux tickets de rationnement ; il fut condamné le 4 juin par la 11e chambre du Tribunal correctionnel et fut emprisonné pendant deux mois à la Santé. Désormais fiché, le 24 septembre 1942 il fut arrêté pour être interné administrativement. Mais l’intervention d’un « membre influent du Parti ouvrier et paysan français » (André Parsal ?) le fit relâcher. Le 3 mars 1943, il fut arrêté dans son atelier : il avait été désigné par un confrère à qui Serre avait envoyé un client qui s’avérait être un résistant communiste. Serre fut finalement mis hors de cause.
Michel Serre imprimait effectivement des documents clandestins depuis sa démobilisation. Il avait deux atouts : il était l’imprimeur des Pompes funèbres de La Varenne ce qui lui facilitait l’accès au papier et il pouvait accéder à l’imprimerie Guillon, à Montreuil, mise sous scellées à partir de 1942 – c’est la raison pour laquelle la police ne put jamais rien découvrir chez lui. Michel Serre travailla pour la CGT clandestine, le Journal libre (imprimé chez Rapide Clicherie, dirigé par Marcel Lagrue, à Paris, VIIe arr.) et fabriqua des faux.
Il s’était marié le 9 juillet 1932 à Saint-Maur avec Simone Schöpfer et était père de deux enfants pendant la guerre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191564, notice SERRE Michel [SERRE Michel, Joseph] par Marie-Cécile Bouju, version mise en ligne le 10 mai 2017, dernière modification le 10 mai 2017.

Par Marie-Cécile Bouju

SOURCE : Arch. PPo BS1 73 (affaire Copinot) et 77 W 1512-30471 ; - Paul Chauvet, « La Résistance chez les fils de Gutenberg dans la Deuxième Guerre mondiale, Paris : A compte d’auteur, 1979, p. 170-171. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément