TARDY Roland, Antoine

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 21 février 1923 à Saint-Chamond (Loire), habitant de Villeurbanne (Rhône) exécuté sommairement le 21 juin 1944 à Merlas (Isère) ; résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Plaque au clos Jacquet, rue du Pont des Planches, inaugurée le 1er juillet 1956.
Cliché Jean Lorcin

Roland Tardy était le fils de Pierre Marie Gabriel et de Marthe Fenouillet. Il était célibataire et travaillait comme jardinier à l’entreprise Gendron à Villeurbanne (Rhône).
Réfractaire au STO, il se réfugia dans l’Isère et entra dans la Résistance. De nombreux jeunes de la région qui étaient réfractaires cherchaient refuge dans les campagnes et se regroupèrent. Ces groupes s’organisèrent peu à peu en mouvements de Résistance à l’occupant. Un groupe baptisé "Azur" et dirigé par Élysée Billon-Laroute, qui allait devenir maire de Merlas le 26 août 1944 se mit en place dans le secteur de Saint-Sixte. En avril 1944, le mouvement reçut des armes par un parachutage des alliés, mais suite à une dénonciation, les combattants furent menacés par les troupes allemandes et le château de Saint-Sixte fut considéré par l’ennemi comme étant le quartier général de la Résistance. Le 21 juin 1944 le village fut investi et le château incendié par les soldats allemands.
Roland Tardy fut abattu le 21 juin 1944 au hameau de Saint-Sixte, à Merlas (Isère).
Il fut homologué comme soldat des Forces françaises de l’intérieur (FFI).
Son nom figure sur la stèle commémorative des FFI, à Saint-Julien-sur-Veyle (Ain), sur le monument commémoratif, à Merlas (Isère), sur le monument aux morts 1939-1945 et la stèle de l’entreprise Gendron, à Villeurbanne (Rhône).

La Société des jardins ouvriers de Villeurbanne lui rendit hommage par une plaque, consacrée aussi à Paul Gojon mort dans les maquis et Joseph Jacquet fusillé à Bron.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article191944, notice TARDY Roland, Antoine par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 3 mai 2017, dernière modification le 18 décembre 2019.

Par Jean-Louis Ponnavoy

Plaque au clos Jacquet, rue du Pont des Planches, inaugurée le 1er juillet 1956.
Cliché Jean Lorcin

SOURCE : : Wikipédia, monographie Merlas.— Mémorial Genweb.— notes de Jean Lorcin.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément