LAVERGNE André

Par Michel Thébault

Né le 14 août 1922 à Bujaleuf (Haute-Vienne), exécuté sommairement le 24 juillet 1944 à Bujaleuf (Haute-Vienne) ; maçon ; résistant FTPF.

André Lavergne était le fils de Jean Pierre, maçon et de Marie née Pouteix. Il était le plus jeune de leurs trois fils. Célibataire, il exerçait avec son père, entrepreneur en maçonnerie le métier de maçon. Réfractaire au STO, il s’engagea dans la Résistance au sein des FTPF (3ème bataillon) de la Haute-Vienne, agent de liaison des groupes légaux de Bujaleuf.
A la mi-juillet 1944, des éléments de la brigade Jesser, une formation militaire allemande, composée d’éléments disparates de la Wehrmacht, des SS et de divers services de police, entra en Creuse et en Haute-Vienne pour organiser la répression contre les forces de la Résistance. Ces troupes combattirent sans succès, accompagnées d’unités de la Milice (1ère et 3ème centaines), du 17 juillet au 23 juillet, contre les forces rassemblées par Georges Guingouin dans le secteur du Mont-Gargan (Haute-Vienne). Le 24 juillet, à la fin des combats, un important convoi de miliciens rentrant d’Eymoutiers à Limoges, se présenta à Bujaleuf. André Lavergne peut-être chargé d’une mission, et armé, ne s’était pas replié à temps. Il fut arrêté par les miliciens, conduit au bas de la rue du Lavoir dans le bourg de Bujaleuf et exécuté sommairement. Les miliciens allèrent ensuite eux-mêmes annoncer le décès à la famille, rouèrent de coups son père et pillèrent la chambre d’André Lavergne, emportant le linge et brisant tous les meubles. Le milicien responsable de l’exécution d’André Lavergne fut condamné à mort le 21 mars 1946 puis gracié quelques mois plus tard.
Son frère Louis Lavergne, maquisard, avait été fusillé à Besse-en-Chandesse (63) le 3 avril 1944
André Lavergne obtint la mention Mort pour la France et son nom figure sur le monument commémoratif du Jardin d’Orsay à Limoges.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192250, notice LAVERGNE André par Michel Thébault, version mise en ligne le 13 mai 2017, dernière modification le 27 avril 2021.

Par Michel Thébault

SOURCES : IR 1208 14120 - ODAC 87 — SHD GR 16P 344232 — SHD Caen AC 21P 70204 — Georges Guingouin Quatre ans de lutte sur le sol Limousin Ed. Hachette 1974 — Pierre Louty C’était le maquis… Ed. La Veytizou 2007 — Bulletin des Amis du musée de la Résistance du département de la Haute-Vienne, n°21, 1er trimestre 1993 — Le Populaire 04-11-1944 — Mémorial genweb — Notes Bernard Pommaret.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément