CHABRIDON Georges, Jean, André

Par Jean-Noël Dutheil

Né le 14 mars 1897 à la Chapelaude (Allier), mort le 7 juillet 1966 à Moulins (Allier) ; ouvrier métallurgiste ; secrétaire général l’Union Départementale de l’Allier de septembre 1936 à novembre 1939 puis de juillet 1945 à juin 1948 ; militant communiste ; résistant ; déporté. 1er Président de la CPAM de l’Allier.

Georges Chabridon
Georges Chabridon
Photothèque de l’IHS-CGT de l’Allier

Ce fils d’un métayer, devenu marchand de lait à Désertines (Allier) s’engagea, à l’âge de 17 ans, comme volontaire dans l’Infanterie. Il fut blessé et cité à l’ordre du jour. Il garda de sa participation à la guerre de 1914-1918, « une haine sans limite des conflits militaires ».

Il fut d’abord ouvrier mouleur à Saint Jacques (Montluçon) puis à la fonderie Peugeot de Valentigney (Doubs). En 1922, il fut délégué ouvrier CGTU de son usine de Rondchamp (Haute-Saône) et participa aux grandes grèves de la métallurgie dans l’Est. Il adhéra au Parti Communiste en 1922.

Il revint dans l’Allier en 1926 comme ouvrier fondeur chez Chaumette (Moulins). Il aimait conter les souvenirs de cette époque : « il nous narrait les rencontres avec la police et les forces armées, épisodes de toutes les actions de l’époque. A ce contact, il s’était forgé une âme de militant. Aussi, dès son arrivée, il entrait en contact avec ses collègues inorganisés alors et conscients que seule l’organisation des travailleurs permettra leur libération, créait avec ses camarades Bonnet, Mouly, Barbiéri, Hubert Joannin et Roussel, la première section des métaux de Moulins qui adhérait aussitôt à la CGTU. » Il fut secrétaire de l’Union Locale Unitaire de Moulins en 1928. En 1929, il cotisa à l’Union Centrale des Ouvriers Métallurgistes de Montluçon (syndicat unitaire) et habita rue de la Chaume, à Désertines.

Lors de la tentative de putsch fasciste du 6 février 1934, il fut l’un des organisateurs de la riposte à la Préfecture de Moulins où 6 000 républicains manifestèrent contre les Croix de feu. Passionnément attaché à l’unité du mouvement syndical, il défendit ardemment la fusion entre les confédérés et les unitaires. Il succéda à Antoine Dissard (secrétaire général de l’UD confédérée) immédiatement après le congrès de fusion de l’Union Départementale de l’Allier. Il fut directeur de la boucherie-coopérative où les paysans étaient coopérateurs et vendaient directement leurs produits à des prix intéressants. Sa popularité le fit désigner comme candidat communiste en 1936. En 1938, ses efforts pour renforcer le syndicat ne furent pas vains, le département compta 28 000 adhérents à la CGT. Suite à l’échec de la grève de 1938 contre les Décrets Lois, il fut condamné, avec André Pierre (secrétaire de l’UL CGT de Moulins), à un mois de prison avec sursis pour avoir organisé une manifestation « interdite » de 2 000 personnes.

En novembre 1939, il fut contraint d’abandonner la direction syndicale du département sous la pression d’éléments cégétistes ex-confédéré après avoir refusé de siéger et de convoquer la commission administrative de l’Union départementale.

Arrêté par la police en octobre 1940, il fut relâché. Averti, en novembre, par son employeur que son domicile avait été perquisitionné, il prit la fuite et rejoignit Lyon, sans ses papiers. Ces événements le contraignirent à la clandestinité, il devint résistant.

Il fit de nombreux allers-retours entre les deux zones, milita à Lyon pendant trois mois et demi. Recherché par la Gestapo, il partit dans le midi pour poursuivre son activité dans les Pyrénées. Il fut arrêté, le 11 octobre 1941, à Tarbes, en voulant passer en Espagne.

Il fut interné à Saint Paul d’Eyjaux, Saint-Sulpice-la-Pointe puis Saint-Junien.

Trois années durant, il connut la dure vie des camps de concentration français. Militant fidèle à son idéal, il refusa par deux fois la libération qui lui fut offerte par les « traîtres de Vichy » sous condition de désavouer son passé.

Le 31 juillet 1944, il fut déporté de Toulouse à Buchenwald. Amaigri, souffrant, il revint de Russie et rentra en France au printemps 1945.

Il reprit ses activités comme Secrétaire Général de l’Union Départementale CGT. Au XXXIe congrès de l’UD CGT de l’Allier, il annonça 39 500 adhérents et fixa comme objectif les 50 000. Les séquelles de sa déportation le contraignirent à abandonner le poste de secrétaire général (XXXIIe congrès de l’UD CGT de l’Allier). Il demeura cependant au poste de secrétaire-adjoint pendant de nombreuses années. En 1947, il fut président du Conseil d’Administration de la Caisse Primaire de Sécurité Sociale, même à la retraite il conserva son mandat.
Il fut conseiller municipal de Moulins en 1945 et plusieurs fois candidats pour le Parti Communiste dans le canton de Moulins-Est, il manqua de quelques de voix ses élections. (1945, 1951).

Il prit sa retraite en 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19228, notice CHABRIDON Georges, Jean, André par Jean-Noël Dutheil, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 10 janvier 2012.

Par Jean-Noël Dutheil

Georges Chabridon
Georges Chabridon
Photothèque de l’IHS-CGT de l’Allier

SOURCES : Arch. Nat. F7/13124, année 1931 ; CAC, 19940437, art 208. — L’Émancipateur, 1934-1935. — FSGT, Annuaire, 1947. — Notes de Jean-Pierre Besse et de Gilles Morin. — SOURCES : Archives départementales de l’Allier, U Moulins. — Archives de l’IHS-CGT de l’Allier. — Unité, journal de l’UD CGT de l’Allier (novembre 1966) ; bulletin n°10 de l’IHS-CGT du Bourbonnais (mai 2005). — Témoignages : Gouby Eugène (novembre 1966) ; Chabridon Gilbert, son fils (1 mai 2000) ; Bidault Henri, son tuteur (10 mai 2000) ; Joyon Robert, résistant (11 avril 2000 et octobre 2001). — DBMOF, notice par Justinien Raymond

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément