BELHOCINE El Mahdi

Par Claude Pennetier

Né le 12 février 1930 à Tala Alem, ville de Tizi Ouzou, Grande Kabylie, Algérie, mort le 28 avril 2003 à Argenteuil (Val d’Oise) ; ouvrier à la Cellophane de Bezons (Seine-et-Oise, Val d’Oise) ; syndicaliste CGT, militant du FLN, compagnon de route du Parti communiste.

Photo du 31 mars 1963
Photo du 31 mars 1963
Syndicaliste algériens à Paris. El Madhi Belhocine est la premier à droite au premier rang.

Fils de Mohamed Ben Amar Belhocine et Aldjia Zmirli, El Mahdi Belhocine fut marqué par la personnalité de son père, "caïd", agriculteur, agent immobilier puis clerc de notaire, ancien combattant et mutilé de la Première Guerre mondiale. Il avait été semble-t-il le premier aspirant "indigène" de l’armée française pendant la guerre. Il resta lieutenant de réserve et fut titulaire de la Légion d’honneur en 1935.
Un des nombreux frères d’El Mahdi, Saïd, fut impliqué dans le mouvement national algérien.
Titulaire du certificat d’études, El Mahdi Belhocine vint en France en 1949 et entra au travail la même année. Il fut imprimeur en héliogravure à la Cellophane de Bezons et syndiqué CGT en 1953. Depuis le milieu des années cinquante, il appartenait au FLN et il participa à la manifestation du 17 octobre 1961, mais très marqué par les militants CGT et communistes de son entreprise, il sympathisa avec le PCF.
Délégué CGT du personnel, il siégea au comité d’entreprise de la Cellophane de Bezons et fut actif à la Fédération des textiles artificiels de la CGT comme à l’Union locale de Bezons. Très présent dans les grèves de 1967, il marqua de son charisme le mouvement de mai 1968 par ses prises de paroles en arabe, kabyle et français dont la qualité faisait l’admiration des travailleurs immigrés.
Il prononça un discours sur l’immigration au 37e congrès de la Fédération CGT du textile à Vitry-sur-Seine en novembre 1969 et participa à divers congrès de la Fédération des textiles artificiels à Roanne, Vitry-sur-Seine et Gérardmer.
Footballeur, il fut un des responsables de l’Association corporatiste Fibra-Cello-Sports. et siégea plusieurs fois au comité intra-entreprise de la Compagnie des textiles devenue Rhône-Poulenc, de la Commission d’entraide et du CHST.
Son fils, Dino Belhocine enquêta en 2008 sur la vie politique et syndicale de "La Cello" en mai 1968, filmant les témoins. Le livre Hier à la Cello. Mémoires de mai dans une usine de Bezons retrace ce travail en faisant revivre les divers acteurs y compris les "gauchistes". Un film dvd accompagne le livre, évoquant les noms de Mario Gauthier, Paul Blondy, Michel Faizang, Pierrette Duchaussoy, Claude Filiatreau, Mohamed Larbi Abdeddain.....

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192325, notice BELHOCINE El Mahdi par Claude Pennetier, version mise en ligne le 16 mai 2017, dernière modification le 24 mai 2017.

Par Claude Pennetier

Photo du 31 mars 1963
Photo du 31 mars 1963
Syndicaliste algériens à Paris. El Madhi Belhocine est la premier à droite au premier rang.
Belhocine devant sa machine à la Cello.
Belhocine devant sa machine à la Cello.

SOURCES : Questionnaire rempli par Dino Belhocine. — Dino Belhocine, Hier à la Cello. Mémoires de mai dans une usine de Bezons, Éditions du Survenir, 2009, 221 p. + un DVD.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément