CATHALA Paul-Jean

Par Jean-Pierre Bonnet

Mort le 20 décembre 1954 ; inspecteur divisionnaire ; membre du bureau de la Fédération des cadres à partir de 1938 ; secrétaire général de la Fédération, puis de l’Union nationale des cadres (CGT) de 1944 à 1947.

Entré au chemin de fer sur le réseau du Midi, Paul-Jean Cathala exerça ensuite sur le réseau Sud-Ouest jusqu’à son départ en retraite en 1947. « Adhérent de la première heure » de la Fédération des cadres, Cathala accéda au conseil fédéral et à la commission exécutive en 1933. En 1938 il entra au bureau de la Fédération en qualité de secrétaire archiviste. À cette époque, il représentait son organisation dans plusieurs instances, en particulier à la nouvelle Caisse de prévoyance. Il fournissait au journal de la Fédération des articles sur la vie syndicale ainsi qu’une chronique régulière sur la convention collective, et assurait avec succès les réunions d’information auprès des syndiqués et des sympathisants.
Militant durant la guerre dans le syndicalisme officiel en dépit de ses réserves sur le régime de Vichy, Cathala fit partie du bureau exécutif de la Fédération légale jusqu’en octobre 1940 et représenta la Fédération des cadres au sein de la commission provisoire d’organisation prévue par la loi du 24 février 1943 instituant la Charte des cheminots. Il devint en janvier 1944 secrétaire général de la Fédération des cadres et conserva cette responsabilité en juillet 1945 dans la nouvelle Union nationale des cadres CGT. Il avait en charge la direction du journal de son organisation. Il quitta les instances de direction en juin 1947 après avoir présenté au congrès le rapport moral de la direction sortante.
Admis à la retraite en 1947, au grade d’inspecteur divisionnaire, il resta actif. Il devint chroniqueur sportif pour des journaux de province, ce qui lui vaudra une nomination comme chevalier de la Légion d’honneur au titre de l’Éducation physique en novembre 1952.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1924, notice CATHALA Paul-Jean par Jean-Pierre Bonnet, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 9 mai 2022.

Par Jean-Pierre Bonnet

SOURCES : Arch. Fédération CGT des cheminots. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Les cadres des chemins de fer. — Georges Ribeill, « Autour des grèves de 1947, les scissions de l’après-guerre au sein de la Fédération CGT (CAS, FO, FAC, FgMC) », Revue d’histoire des chemins de fer, n° 3, Mouvement social et syndicalisme cheminot, automne 1990, p. 95-113. — Notes de Georges Ribeill.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément