DELAGE Auguste

Par Jean-Luc Labbé

Né à Luant (Indre) le 29 juillet 1878, mort à Niherne (Indre) le 26 juillet 1955 ; bûcheron et ouvrier agricole ; syndicaliste et socialiste guesdiste (1902), socialiste unifié (1905), communiste (1920) ; conseiller municipal de Niherne entre 1904 et 1938.

Auguste Delage vers l’âge de 20 ans.

La première mention publique d’Auguste Delage fut son élection en 1901 au secrétariat de « L’Union syndicale des bûcherons et journaliers agricoles de la commune de Niherne », syndicat créé en mars 1895 par Pierre Vervins et Louis Dorance. En 1901, ce syndicat venait de changer de nom pour prendre celui de « Syndicat des ouvriers de Niherne », modification qui donne à penser que le projet était celui d’une petite Union locale interprofessionnelle regroupant indistinctement tous les « prolétaires » de ce gros village alors relié par le train à Châteauroux sur la ligne qui allait à Villedieu et Buzançais. Si Niherne était essentiellement agricole, on y trouvait également un atelier de fabrication de chemises où s’employaient les femmes qui créeront un syndicat en 1904. Aux élections municipales de 1900 les républicains venaient pour la première fois de prendre la majorité au sein du conseil municipal au détriment des conservateurs royalistes menés par le chatelain D’Astier de la Vigerie.
Ce fut donc dans ces conditions qu’Auguste Delage, fils de journalier agricole alors âgé de 23 ans, se vit confier le secrétariat du syndicat présidé par Jean Gautrat ; syndicat qui déclarait alors 55 adhérents, soit plus de 10% des électeurs inscrits (il y eut 404 votants aux élections municipales de 1904). Contrairement à ses ainés qui avaient créé le syndicat, Auguste Delage avait été éduqué à l’école de la République, savait bien lire et écrire, et signera des textes publiés dans les journaux. Delage assuma le secrétariat du syndicat de 1901 à 1906 et succéda à Pierre Gautrat à la présidence à partir de 1907 ; il fut réélu les années suivantes au moins jusqu’en 1914. Pendant cette période d’avant-guerre le syndicat compta jusqu’à 70 adhérents.
Auguste Delage fut l’acteur principal du congrès des bûcherons de l’Indre en avril 1910 et participa la même année au congrès national de Nevers. En 1911, en plus de sa participation au congrès corporatif régional et départemental, il participa à l’assemblée constitutive de l’Union Départementale CGT qui rassemblait les syndicats adhérents aux Bourses du travail de Châteauroux (créée en 1901) et d’Issoudun (créée fin 1904).
En 1902, il participa au congrès départemental constitutif de la Fédération Socialiste Révolutionnaire à Issoudun, congrès qui réunissait les guesdistes et les vaillantistes, fédération qui s’opposa à la constitution d’une Fédération socialiste autonome. Au cours de cette même année 1902, il signa plusieurs articles dans le Tocsin populaire du Berry, journal hebdomadaire de cette Union socialiste révolutionnaire pour le Cher et l’Indre. En 1904, lors élections municipales de Niherne, il fut élu (socialiste) au 2ème tour sur la liste du républicain radical socialiste Michon. Il lui avait manqué 21 voix au 1er. Mais il avait eu le plaisir de devancer de quelques voix le premier de la liste des conservateurs, le baron D’Astier de la Vigerie. A cette même élection, les deux autres responsables du syndicat, socialistes, avaient également été élus (Sylvain Girard et Jean Gautrat).
Auguste Delage, il avait alors 32 ans, a été mobilisé lors de la première guerre mondiale. En 1919, il ne fut pas candidat aux élections municipales. En 1925, il redevint conseiller municipal de Niherne en tant que communiste, réélu en 1929 et 1935. Parallèlement, il avait repris la direction de son syndicat qu’il affilia à la CGT-U en 1922 puis à la CGT unique de 1936 à 1939 puis à la CGT reconstitué en 1945. Il resta adhérent au PCF jusqu’à son décès en 1955.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192520, notice DELAGE Auguste par Jean-Luc Labbé, version mise en ligne le 23 mai 2017, dernière modification le 11 mars 2020.

Par Jean-Luc Labbé

Auguste Delage vers l’âge de 20 ans.
Auguste Delage en militaire
En 1924, lors du mariage de son fils aîné. À son côté son épouse Marguerite
Mariage de son second fils au début des années 1930. Sur la photo au premier plan Marguerite son épouse et Jeanne sa petite-fille. Au second plan Pierre son fils aîné et Antoinette sa belle-fille (mes grands-parents).

SOURCES : Arch. Dép. Indre. — Arch. Mun. Luant et Niherne. — Arch. UD-CGT Indre (avant 1914). — Le Tocsin populaire du Centre, 1902. — Notes de Justinien Raymond. — Documents et photos communiqués par Pascale Debillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément