SQUARANTI Adolphe [Pseudonyme dans la résistance : François]

Par Philippe Wilmouth

Né le 3 mai 1920 à Rovere (Italie), mort en action le 8 juin 1944 à Cressensac (aujourd’hui Cressensac-Sarrazac, Lot), au hameau de La Jarrige ; ouvrier électricien ; résistant dans l’Armée Secrète (AS), homologué Forces françaises de l’Intérieur.

Crédit : ASCOMEMO

Adolfo Squaranti était le fils d’Angelo Squaranti, mineur, et de Maria Vilio, son épouse.
La famille s’installa entre 1923 et 1929 à Moyeuvre-Grande (Moselle).
Elle obtint la nationalité française par décrets du 16 octobre 1932 parus au JORF du 23 octobre 1932 (pages 11381 et 11383).
Aldolfo était alors l’aîné d’une fratrie de quatre enfants mineurs.
Il habitait à Moyeuvre-Grande. En septembre 1940, expulsé avec sa famille comme Italien naturalisé par les Allemands qui avaient ré-annexé la Moselle, il se réfugia en Corrèze où il était employé à l’usine d’électricité de Saint-Geniez-Ô-Merle, domicilié avec sa famille à Saint-Cirgues-la-Loutre (Corrèze).
Il rejoignit le maquis de l’AS et intégra le bataillon « l’As de cœur » en Corrèze, commandé par Pierre Merlat alias « Capitaine Romain ». Il prit « François » pour nom de guerre. Au lendemain du débarquement, le commandant Merlat installa son PC à Cressensac (aujourd’hui Cressensac-Sarrazac, Lot) et lança son bataillon dans des opérations de harcèlement de la division SS Das Reich qui remontait de Montauban vers la Normandie. Les combats de Cressensac menés le 8 juin 1944 entre 15h30 et 19h00 infligèrent de lourdes pertes aux 18 FFI engagés : 5 d’entre eux furent tués dont Adolphe Squaranti à la bergerie du hameau de La Jarrige, près de chez M. Louis Guary.
Il obtint la mention « Mort pour la France » et fut homologué résistant, soldat de première classe des Forces françaises de l’Intérieur.
Le nom d’Adolphe Squaranti figure sur le monument aux morts et sur la stèle commémorative dédiée aux Résistants tués, à Cressensac, sur le monument aux morts, à Saint-Cirgues-la-Loutre (Corrèze) et sur la stèle "En hommage aux ouvriers de la Société des Forces Motrices de la Maronne Morts pour la France" à Saint-Geniez-Ô-Merle (Corrèze).


Voir : Cressensac (aujourd’hui Cressensac-Sarrazac, Lot), 8 juin 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192612, notice SQUARANTI Adolphe [Pseudonyme dans la résistance : François] par Philippe Wilmouth, version mise en ligne le 26 mai 2017, dernière modification le 29 juin 2022.

Par Philippe Wilmouth

Crédit : ASCOMEMO

SOURCES : AVCC, dossier statut. — SHD, Vincennes GR 16 P 555874 (nc) ; AS : Etat-major départemental / AS : Basse Corrèze et Brigade, AS, p. 57 (en ligne). — La Gazette de Cressensac, n° 27, janvier 2016, p.13. — JORF, Gallica. — État civil Cressensac.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément