PIETROWSKI Roman

Par Philippe Wilmouth, Jean Médrala

Né le 31 août 1911 à Wilzkow [ou Wyszków ?] (Pologne), mort en action le 6 août 1944 à Jouqueviel (Tarn) ; ouvrier mineur ; militant communiste de Moselle ; capitaine FTP-MOI du Tarn.

Roman Pietrowski
Roman Pietrowski
Crédit : Ascomémo-Hagondange,

Polonais, Roman Pietrowski était le fils d’Antonius Pietrowski et de Francisca (Françoise) Stefanowska. Il épousa Marthe Gielek le 1er juin 1934 à Hayange (Moselle), où il habitait et travaillait comme mineur.
.Vraisemblablement d’origine juive, après l’annexion par le Reich de la Moselle, il se réfugia en zone sud où il reprit son métier de mineur dans la région de la Loire.
Militant communiste de la MOI, il organisa, en décembre 1942, le premier groupe de combat (OSC). Durant toute l’année 1943, Roman Pietrowski prépara et mena de très nombreux sabotages : attaques contre des bureaux allemands et attentats contre des militaires allemands, déraillement de trains. Traqué par les Allemands, Roman Pietrowski fut contraint de quitter la région pour aller se faire oublier dans le Tarn.
Au début de février 1944, Pietrowski arriva dans le bassin minier de Carmaux. Mais sur place, il s’impliqua à nouveau dans le combat clandestin en organisant un groupe de combat de la FTP-MOI, et pris le pseudonyme " Maurice ". En juin 1944, Maurice organisa un détachement de maquisards FTPF, la compagnie 4214, constituée de Polonais et d’environ 150 anciens prisonniers soviétiques. Cette compagnie s’impliqua, en juillet 1944, dans les combats pour la prise de la ville de Carmaux. Mais le 6 août 1944, les Allemands tendirent une embuscade au PC de la compagnie 4214 dans un hôtel de Jouqueviel (Tarn). Roman Pietrowski couvrit la retraite de ses compagnons avec un FM. Repoussés, les Allemands incendièrent l’hôtel. Pietrowski continua à tirer. On retrouva son corps carbonisé crispé sur son FM à moitié brûlé. Grâce à lui, les éléments de la 4214e Cie purent se replier.

Roman Pietrowski obtint la mention « Mort pour la France ».
Il fut homologué capitaine des Forces françaises de l’Intérieur avec prise de rang au 1er juin 1944. (JORF du 12 février 1946.)
Cité à l’ordre de l’Armée, à titre posthume, comportant l’attribution de la Croix de Guerre avec palmes, pour services exceptionnels de guerre rendus au cours des opérations de la libération de la France le 27 juillet 1946, Roman Pietrowski fit aussi l’objet d’une proposition pour l’attribution de la Légion d’Honneur à titre posthume.

Son nom figure sur le monument commémoratif des FTPF du Tarn dans le cimetière communal des Plaines à Blaye-les-Mines et sur le Monument situé sur la place de l’église de Jouqueviel à la mémoire des victimes des combats du 6 août 1944 ainsi que sur le monument aux morts de Hayange.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192666, notice PIETROWSKI Roman par Philippe Wilmouth, Jean Médrala, version mise en ligne le 28 mai 2017, dernière modification le 11 juin 2022.

Par Philippe Wilmouth, Jean Médrala

Roman Pietrowski
Roman Pietrowski
Crédit : Ascomémo-Hagondange,
Monument aux victimes des combats du 6 août 1944 à Jouqueviel (Tarn)
Monument aux victimes des combats du 6 août 1944 à Jouqueviel (Tarn)
Crédit : Wikimedia commons

SOURCES : AVCC, dossier 21P127566. — Ascomémo-Hagondange, avis de décès. 0151 Jean Medrala, La compagnie FTP-MOI 4214 du Tarn in DVD-ROM La Résistance polonaise en France, AERI, 2013. — Musée de la Résistance en ligne. SHD, Vincennes, GR 16 P 477553 et GR 19 P 81/32, p. 4. — Liste des combattants FTP-MOI de la 4214e compagnie, fournie par Julien Porcher. —MémorialGenweb ( Blaye-les-Mines ). — Geneanet, notes Jean-Luc Marquer.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément