CHAINTRON Jeanine [née FRITSCH Jeannine, Renée, épouse SAILLANT Jeanne et SAILLANT Jeanine, puis épouse CHAINTRON Jeanine]

Par Claude Pennetier

Née le 26 septembre 1919 à Paris (XIVe arr.), morte le 10 juin 2002 à Paris (XIXe arr.) ; militante de l’UJFF puis de l’UFF ; domiciliée au Perreux-sur-Marne et à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne).

Fille d’Henri Fritsch, menuisier, et de Camille Fritsch, ménagère, sœur d’Henri Fritsch, dessinateur industriel qui sera militant de la section communiste du XVIIIe arr., Jeanine Fritsch était la nièce du syndicaliste Edmond Fritsch tué par la police au cours d’une manifestation en 1932. Titulaire du BEPS, syndiquée depuis septembre 1936, sténo-dactylo à la Fédération nationale CGT du bois, militante de l’Union des jeunes filles de France (UJFF), elle fut, en 1937-1938, secrétaire adjointe du foyer des jeunes filles du Perreux-sur-Marne où elle habitait.

Elle se maria le 7 mai 1938 au Perreux avec le syndicaliste confédéré Louis Saillant. Sans travail après septembre 1939, elle n’eut plus de contact avec le Parti communiste. Elle aida son mari dans ses fonctions de dirigeant clandestin de la CGT, tapant des textes et assurant des liaisons. Ce fut chez ses parents que se tint la réunion qui permit, le 17 avril 1943, les accords de réunifications de la CGT dits « Accords du Perreux ». Jeanine Saillant termina la guerre dans la Nièvre avec son fils.

À partir de 1945, elle milita à l’Union des femmes françaises (UFF) et à France-URSS, et, à ce titre, elle fut déléguée en URSS (1946) et en Italie (1947). Elle adhéra au Parti communiste en novembre 1947. Elle était membre du comité de rayon communiste d’Ivry-sur-Seine puis du bureau de la section en 1950. Elle était alors sténo-dactylo à la revue Les partisans de la Paix et elle se rendit en Suède au nom du comité national des Partisans de la Paix en 1950.

Divorcée en juin 1948, elle se remaria à Ivry-sur-Seine le 22 janvier 1949 avec Jean Chaintron, dirigeant du Parti communiste, qu’elle avait rencontré lors du défilé du 1er mai 1948. De ce mariage naquirent Nicole et Jean-François qui furent élevés avec André et Jean-Louis, les enfants de Louis Saillant, président du CNR et de la Fédération syndicale mondiale (FSM). Son évolution politique coïncide ensuite avec celle de Jean Chaintron et l’éloigna du Parti communiste. Elle vivait au Paris (XIXe arr.) où son mari mourut en janvier 1989. Elle y décéda le 10 juin 2002.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19276, notice CHAINTRON Jeanine [née FRITSCH Jeannine, Renée, épouse SAILLANT Jeanne et SAILLANT Jeanine, puis épouse CHAINTRON Jeanine] par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 6 avril 2020.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. fédération communiste du Val-de-Marne. — Jean Chaintron, Le vent soufflait devant ma porte, Seuil, 1993. — Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — État civil de Paris.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément