LUCAS Daniel, Albert

Par Philippe Pauchet, Philippe Lecler

Né le 1er janvier 1923 à Donchery (Ardennes) ; tué à Flixecourt le 1er septembre 1944 lors des combats de la Libération ; gendarme à Flixecourt (Somme)  ;

Daniel Lucas était né à Donchery dans les Ardennes. Engagé volontaire dans l’armée d’armistice, il fut démobilisé en novembre 1942. Il intégra alors l’école de gendarmerie de Romans et en sortit en mars 1944 pour être nommé à la brigade de Flixecourt, (département de la Somme).
ll rejoignit le Mouvement Charles de Gaulle le 1er juin 1944 et commença son action résistante.
Chargé d’enquêter sur l’attaque du bureau de poste d’Hangest-en-Santerre, il réussit à éviter l’arrestation d’un des attaquants. En août, il participa aux sabotages de lignes téléphoniques et de voies ferrées. Il effectua à plusieurs reprises la liaison entre le secteur de Flixecourt et l’État-Major du Mouvement Charles de Gaulle à Amiens.
Le 1er septembre 1944, son chef Jean-Baptiste Salmon, lui demanda de se porter dans les marais pour surveiller les mouvements des troupes ennemis se dirigeant vers Flixecourt. C’est là qu’il fut tué, atteint d’une balle en plein cœur, le 1er septembre 1944.
Daniel Lucas est titulaire de la croix de guerre à titre posthume.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Flixecourt, sur la plaque commémorative de l’ancienne gendarmerie de Flixecourt, ainsi que sur le mémorial de la Résistance de Berthaucourt à Charleville-Mézières (Ardennes)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192787, notice LUCAS Daniel, Albert par Philippe Pauchet, Philippe Lecler, version mise en ligne le 31 mai 2017, dernière modification le 7 avril 2021.

Par Philippe Pauchet, Philippe Lecler

SOURCE : SHD, 16 P 379 439 P. — Journal d’Abbeville, 1er avril 2009. — Philippe Lecler, Le temps des partisans, suivi de "Mémorial de Berthaucourt, la Résistance et sa répression dans les Ardennes", Editions D. Guéniot, Langres, 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément