VIGNERON Jean, Christian [alias Trocadero]

Par Hervé Dupuy, Michel Thébault

Né le 8 mars 1926 à Angoulême (Charente), mortellement blessé le 29 janvier 1944 à Treignac (Corrèze) ; résistant FTPF.

Son acte de décès indique qu’il est décédé le 29 janvier 1944 à 22 h 30 à l’hôpital de Limoges, place de l’hôtel de ville. Il fut de surcroît enregistré sous un faux nom Chartier ou Cartier Jean Christian né et domicilié à Paris, selon sa déclaration, sans doute à son arrivée à l’hôpital. Le doute devait dès ce moment exister car le médecin qui a constaté le décès prit le soin d’établir un signalement précis. Dès le 20 avril 1944, le président du tribunal civil de Limoges fit compléter l’acte en indiquant l’état civil réel : né à Angoulême le 8 mars 1926, il était le fils d’Edouard Vigneron et d’Anne Ravon. Il était donc âgé de 17 ans et demi.
Le même jour, 29 janvier 1944, avait eu lieu près de Treignac (Corrèze) l’attaque d’une unité de Gardes mobiles de réserve, le GMR Bourbonnais, et d’un escadron de la Garde par un maquis de l’AS appuyé par un maquis FTPF, dans le but de libérer 3 responsables de l’AS (le lieutenant Georges Besse, son adjoint René Jouannet et l’adjudant Bertin) capturés un peu plus tôt dans la journée. Au cours de l’attaque, deux résistants AS (Léon Jules Dessal et Jean Glevarec) furent tués, deux autres blessés, décédèrent, l’un, Paul Plazanet, à l’hôpital de Tulle le 30 janvier, l’autre, un FTP, (non identifié alors, sinon comme un Parisien surnommé « Trocadéro ») fut transféré à celui de Limoges où il décéda. Le GMR du Bourbonnais compta 3 morts, 4 blessés graves (dont un amputé du bras) et 3 blessés légers. Il paraît donc vraisemblable que le blessé conduit à l’hôpital de Limoges, gravement blessé à la tête (un témoignage postérieur indique que blessé, il eut le crâne fracassé à coups de crosse de fusil) et qui subit en urgence à l’hôpital une trépanation avant de tomber dans le coma et de succomber, est bien Jean Vigneron. Le lien avec Paris, établi dans les divers documents et le fait qu’il y fut sans doute domicilié quelque temps rue de Sèvres paraît conforter cette hypothèse. Un Vigneron apparaît également sans autre indication dans l’état nominatif des combattants FTPF (maquis de Corrèze op. cit.).
Il obtint la mention Mort pour la France le 26 mai 1948 et fut homologué FFI.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192828, notice VIGNERON Jean, Christian [alias Trocadero] par Hervé Dupuy, Michel Thébault, version mise en ligne le 1er juin 2017, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Hervé Dupuy, Michel Thébault

SOURCES : État civil, Mairie de Limoges, registre des décès 1944 acte n°254. — ADHV 1517 W 280 dossier 12462.— Archives municipales de Limoges 4H142. — Maquis de Corrèze, Éditions Sociales, 3ème édition 1975 (page 187) et 5e édition, 1995 (p. 343-344). — Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 594199 et Caen AC 21 P 171832 (nc).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément