CHALENÇON Raymond, Lucien [Dictionnaire Algérie]

Par Louis Botella

Né le 6 décembre 1915 à Hamman (Constantinois, Algérie) ; employé de chemin de fer puis chef de groupe ; secrétaire du secteur de Constantine (Algérie) de la Fédération FO des cheminots.

En août 1932, Raymond Chalençon était membre de la commission exécutive de l’Union des syndicats confédérés [CGT] de cheminots d’Algérie.

Il fut signalé en mars 1946, comme étant secrétaire adjoint du syndicat CGT des cheminots de Sétif.

Raymond Chalençon, employé puis chef de groupe au service de la Voie à Constantine, milita au sein de FO dès la fin des années 1940. Il fut élu en 1950 secrétaire du secteur de Constantine de sa fédération. En mars 1952, il fut élu au bureau de cette UD. Lors du congrès suivant, tenu en mars 1954, il fut reconduit dans cette fonction. Son mandat fut renouvelé en 1956 et en 1958.

Raymond Chalençon prit part aux congrès de l’Union d’Algérie en 1950, 1952 et 1954 ; il représenta son syndicat à celui de la confédération CGT-FO en novembre 1954.

En juin 1956 à Mulhouse, il intervint à la tribune du congrès fédéral et exprima sa crainte « (que) les réformes soient mises en échec par certains éléments fascistes ou colonialistes jouissant de complicités dans la police ou la haute administration, ce qui pose le problème de l’épuration. Les travailleurs, notamment musulmans, attendent les réformes politiques, sociales, économiques ; il serait dangereux de les décevoir... »

Il reprocha à Robert Bothereau*, secrétaire général de la CGT-FO, au comité confédéral national tenu en mai 1956 à Amiens, de n’avoir retenu que la solution de l’indépendance de l’Algérie. Raymond Chalençon lanca un appel en faveur de « la reconnaissance de la personnalité algérienne dans le cadre de la République française... »

Au plan interprofessionnel, il fut élu, en février 1949 puis réélu en juillet de la même année, membre de la commission exécutive de l’Union départementale FO de Constantine. En avril 1955, il figura parmi les représentants de son UD lors de la réunion du Comité algérien des UD FO. En septembre 1958, il fut signalé comme étant le secrétaire général adjoint de son UD. Lors des élections législatives, de novembre de la même année, il assuma l’intérim de Fernand Manchon au poste de secrétaire de l’UD. Fernand Manchon fut candidat à ces élections avec trois autres militants FO.

A l’automne 1959, il contesta, d’une manière très vive, la désignation de Kaddour Benbhamed comme représentant de FO au sein du conseil d’administration des chemins de fer en Algérie (SNCFA). Ce qui lui valut des reproches de militants partisans de Mohamed Benbhamed.

Ferme soutien de Fernand Manchon, il le suivit dans sa démarche de constituer une nouvelle organisation syndicale à la suite de leur mise en minorité au cours du congrès de début 1960. Raymond Chalençon fut secrétaire de la nouvelle Union générale des syndicats libres (UGSL).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19284, notice CHALENÇON Raymond, Lucien [Dictionnaire Algérie] par Louis Botella, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 octobre 2020.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Nat. France Outre-mer, Aix-en-Provence, Alger, 1 K/813, Constantine, b/3/127, ALG 92:2695, ALG 93/4384. — Le Cheminot Algérien, organe officiel de l’Union d’Algérie [CGTU puis CGT], février-mars 1946 (BNF Gallica). — La Voix du Cheminot Algérien, organe de l’Union des syndicats confédérés [CGT], août 1946 (BNF Gallica). — Le Rail Syndicaliste, 1950-1956. — Le Rail algérien, organe de l’Union FO des syndicats de cheminots d’Algérie, octobre 1953, février 1954 (BNF GR FOL-JO-6893). — Compte rendu du congrès confédéral de 1954 de la CGT-FO. — Louis Botella, FO chez les cheminots..., op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément