BIZETTE Julien, Eugène, Marie

Par Gérard Larue

Né le 22 janvier 1905 à Boisgervilly arrondissement de Rennes (Ille-et-Vilaine), électricien, militant communiste, interné politique.

Fils de Eugène Bizette, cultivateur ; et Thébaut Marie, Julien Bizette s’était marié le 1er février 1930 à Paris (XVe arr.) avec Marie Le Yaouanc et était père d’un enfant. Il était domicilié depuis avril 1937, 23 rue Victor-Hugo à Stains (Seine, Seine-Saint-Denis). Il fut employé comme électricien à la Mairie de Stains, du 1er octobre 1938 au 1er décembre 1939 date à laquelle il fut révoqué en raison de ses opinions politiques. Mobilisé en 1939, il fut démobilisé le 30 août 1940.
Il fut arrêté le 20 janvier 1941 avec Robert Vignes et Lucien Pollet pour avoir inscrit au goudron sur la chaussée de l’avenue Hainguerlot (Paul-Vaillant- Couturier) à Stains des mots d’ordre qualifiés d’ « antinationaux » le 8 octobre 1940. Interné le même jour à la Maison centrale de Clairvaux (Aube) Il fut transféré au centre de séjour surveillé de Romilly (Aube).
Dès mars 1941, s’appuyant sur les paroles « du Maréchal Pétain parlant de retour à la terre et du relèvement du pays », Julien Bizette sollicita du Préfet sa libération, prétextant « que [sa] place serait en ce cas plus utile pour lui et pour sa famille, étant d’ailleurs fils de parents horticulteurs, [avec qui il était resté lui-même jusqu’à l’âge de 22 ans], et [qu’il avait] une petite propriété dans le département des Côtes-du-Nord [Côtes-d’Armor] restée en friche ».
Les renseignements Généraux notèrent en avril 1942 : « Bizette est représenté comme ayant été un membre très actif de l’ex-Parti communiste […] Depuis son internement, ses opinions se seraient modifiées et il aurait rallié le Parti Ouvrier et Paysan Français fondé par Marcel Gitton. Le chef actuel de ce parti, M. Capron a demandé sa libération et se porte garant de sa sincérité ». Mais les policiers « doutèrent de la sincérité d’une conversion aussi tardive et n’envisagèrent pas son élargissement ».
Toutefois, sur instruction du Ministre Secrétaire d’État à l’Intérieur, le Préfet de l’Aube libéra le 5 août 1942 Julien Bizette qui put se retirer à son domicile 23 rue Victor-Hugo à Stains.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article192992, notice BIZETTE Julien, Eugène, Marie par Gérard Larue, version mise en ligne le 20 juin 2017, dernière modification le 20 juin 2017.

Par Gérard Larue

SOURCES : Arch. PPo. 1 W 629, 77 W 575. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément