JABOUILLE-MERCIER Antoine

Par Jean-Luc Labbé

Né en 1835 et mort en 1894 à Issoudun (Indre) ; vigneron ouvrier agricole ; socialiste blanquiste à Issoudun en 1883.

A partir de 1882 à Issoudun, des militants socialistes blanquistes à l’initiative de Jean-Félix Fénon créèrent plusieurs organisations qui marqueront durablement le paysage politique. En décembre 1883 et janvier 1884, ils organisèrent des comités de quartier d’une « Ligue démocratique pour les franchises communales » dans la perspective des élections municipales. A la suite des quartiers (hameaux) de Saint-Denis et Chinault, l’assemblée des citoyens du « quartier des écoles, de la Chaume et de la rue Dardault », fut convoquée le 17 décembre. 160 citoyens répondirent présents (dont une vingtaine qui n’était pas du quartier) et se retrouvèrent chez le « citoyen Dupuy », probablement le bistrot du quartier.
Il fut proposé (« par acclamation ») à Antoine Jabouille, vigneron alors âgé de 48 ans et domicilié rue de l’Orme Verdat, de présider cette assemblée, d’en définir les objectifs et d’organiser les opérations de vote. Il fut aidé en cela par le « citoyen Richard ». Sur les 110 habitants du quartier inscrits sur les listes électorales, Antoine Jabouille reçut 83 voix et fut élu président de cette « ligue démocratique » dans ce quartier populaire et alors essentiellement vigneron. Ces comités de quartier avaient comme objectif de désigner des candidats socialistes et de proposer une liste d’union aux républicains, radicaux et radicaux-socialistes qui composaient le conseil municipal sortant. Cette recherche d’union n’aboutit pas. Pour les élections municipales de mai 1884, Antoine Jabouille fut donc candidat sur une liste incomplète d’une douzaine de socialistes dont aucun ne fut élu. La conquête de la mairie ne sera réalisée qu’en 1892.
Jabouille Antoine, vigneron, né en 1835, s’était marié le 16 mars 1863 avec Marie (Madeleine) Mercier, couturière de 24 ans, fille de vigneron. Libéré des obligations militaires à l’âge de 27 ans, l’année précédant son mariage, Antoine était le fils de Jean Jabouille, vigneron décédé le 20 août 1861 et de Jeanne Brissault décédée le 7 janvier 1863. Il était le frère de Jabouille Laurian, également socialiste blanquiste à Chinault (Issoudun). L’un des fils d’Antoine, François né en 1869, sera tué pendant la 1ère guerre mondiale. Il était également le père de Laurian Jabouille.
JABOUILLE Laurian né le 30 décembre 1863 ; vigneron ; militant de la Jeunesse syndicaliste et antimilitariste entre 1904 et 1908 et du PSU avant la 1ère guerre mondiale. Fils aîné d’Antoine Jabouille et de Madeleine Denise Mercier, Laurian Jabouille était entre 1906 et 1908 (au moins) un militant de la « Jeunesse syndicaliste » affiliée à la Bourse du Travail CGT d’Issoudun. Il fit l’objet d’une fiche individuelle de police en 1907, qui outre son état civil, précisait qu’il avait fait partie du bureau lors d’une « conférence antimilitariste au théâtre d’Issoudun le 11 mars 1906 ». La Jeunesse antimilitariste, qui se transforma en Jeunesse syndicaliste, était une section à part entière de la Bourse du travail CGT d’Issoudun et sembla cesser son activité courant 1908. Il était en 1907 un militant du Syndicat CGT de l’Union des ouvriers de terre, vignerons et agriculteurs, syndicat fondé par son cousin germain François Jabouille.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article193058, notice JABOUILLE-MERCIER Antoine par Jean-Luc Labbé, version mise en ligne le 8 juin 2017, dernière modification le 22 juillet 2017.

Par Jean-Luc Labbé

SOURCES : Arch. Dép. Indre. - Rapport de police 1907. – L’Eclaireur du Berry, décembre 1883.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément