LAPORTE Léon, Abel, Jean

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault

Né le 19 décembre 1918 à Limoges (Haute-Vienne), exécuté sommairement le 14 août 1944 à Royères (Haute-Vienne) ; mécanicien ; résistant FTPF.

Célibataire, Léon Laporte était toujours domicilié à Limoges au début des années 40, résidant rue Corot. Il exerçait la profession de mécanicien.
Il s’engagea dans la Résistance et rejoignit le maquis FTPF d’Eybouleuf, commune proche de Saint-Léonard-de-Noblat, au sud. Ce maquis appartenant au sous-secteur A des FTP était sous les ordres du lieutenant Marcel Breffy, également de Limoges.
Le 14 août 1944, alors qu’il rentrait d’une mission à Limoges en compagnie de Marcel Breffy et d’un autre résistant du groupe FTP, Joseph Vanoverbeke, ils se trouvèrent au lieu-dit La Font-Chenour, sur la commune de Royères face à un barrage allemand placé sur la route en embuscade. Capturés, Léon Laporte et ses deux camarades résistants furent exécutés sommairement.
Il obtint la mention mort pour la France, fut homologué FFI au grade de soldat de 1ère classe, et son nom figure sur le monument commémoratif du Jardin d’Orsay à Limoges. Un monument à sa mémoire et à celle de ses deux camarades a été dressé à Chenour, sur la commune de Royères.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article193090, notice LAPORTE Léon, Abel, Jean par Bernard Pommaret, Michel Thébault, version mise en ligne le 9 juin 2017, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault

SOURCES : IP 1387 0472 - ODAC 87 — Arch. Dép. Haute-Vienne 986 W 543 et 11 J — Archives municipales de Limoges 4 H 142 — ADIRP (Archives privées de l’Association départementale des déportés et internés de la Haute-Vienne) — SHD GR 16 P 338076 — SHD Caen AC 21 P 68798 — mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément