VALADE Aimé, André [pseudonyme Nénou]

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault.

Né le 10 septembre 1925 à Bussière-Galant (Haute-Vienne), mort en action le 17 août 1944 à Feytiat (Haute-Vienne) ; forgeron ; résistant FTPF.

Célibataire, âgé de 18 ans, il était apprenti forgeron à Bussière-Galant, lorsqu’il s’engagea avec un ami à l’été 1944 dans la Résistance. Il rejoignit le 10 juillet 1944, un maquis FTPF de la Haute-Vienne, la 2408ème compagnie, sous les ordres du lieutenant Robert Marty alias « Nitchevo ». Le maquis était installé dans le secteur de Gorre à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Limoges.
A partir du 12 août 1944 alors que les premiers signes d’un départ imminent des troupes allemandes et de leurs collaborateurs se précisaient, plusieurs maquis de la Haute-Vienne sur ordre du commandant départemental des FTP, Georges Guingouin, vinrent s’établir autour de Limoges, la libération de la ville semblant proche. Ces maquis s’installèrent à partir de la nuit du 13 au 14 août, dans les communes périphériques de Limoges. Le 15 août, la 2408ème compagnie, à laquelle appartenait Aimé Valade quitta Gorre en camion pour rejoindre Solignac, au sud de Limoges, puis de nuit l’un des groupes gagna sur la commune de Feytiat, le secteur du château de Plaisance, où il prit position. Le 17 août 1944 au matin, vers 7 h. arrivèrent sur la départementale 704 qui joint Limoges à Saint-Yrieix-la-Perche, des éléments blindés et motorisés allemands du 19ème Régiment de police SS, en garnison à Limoges, dont le but était vraisemblablement de dégager les abords de la ville dans le secteur Feytiat, Solignac, Le Vigen et Aixe-sur-Vienne. Sur ce parcours, les combats du 17 août entraînèrent la mort de 28 résistants FTP. Aimé Valade fut tué dans ces combats, ainsi qu’au même lieu de Feytiat-Plaisance, un autre maquisard de la même compagnie FTP Aimé Pataud.
Il obtint la mention mort pour la France et son nom figure sur me monument aux morts de Bussière-Galant ainsi que sur le monument commémoratif du jardin d’Orsay à Limoges. Des stèles furent dressées après la guerre à la mémoire des deux maquisards tués au combat à Feytiat-Plaisance et au Vigen.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article193116, notice VALADE Aimé, André [pseudonyme Nénou] par Bernard Pommaret, Michel Thébault., version mise en ligne le 10 juin 2017, dernière modification le 12 mars 2020.

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault.

SOURCES : IR 1208 17347 — ADIRP 87 — Dossier CVR 87 (cvr 9127) — ODAC 87 —Georges Guingouin Quatre ans de lutte sur le sol limousin Ed. Hachette 1974 — François Adeline Haute-Vienne La guerre secrète 1940-1944 Hors-série édité par Le Populaire du Centre décembre 2006 — Journal Le Populaire, 10/02/45 — bulletin n° 89 de l’association des amis du musée de la Résistance de Limoges — SHD GR 16 P 582337 — SHD Caen AC 21 P 164284 — mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément