CHAMPION Jean, Victorin, Honoré [indiqué parfois CHAMPION Jean, Georges]

Par Jacques Girault

Né le 12 juin 1921 à Quittebeuf (Eure), mort le 12 mars 1999 à Évreux (Eure) ; instituteur dans l’Eure ; militant syndicaliste (SNI) ; militant communiste ; maire de Gravigny (Eure).

Fils d’un débitant-buraliste d’opinions de gauche, Jean Champion, réfractaire au Service du travail obligatoire à Hesdin (Pas-de-Calais), fut membre du Front national à partir de juin 1943 au Nebourg. Il se maria en avril 1944 à Quittebeuf avec une institutrice communiste ((voir Jacqueline Champion).
Instituteur à Harcourt (Eure), il milita dans la section départementale de l’Eure du Syndicat national des instituteurs tout en étant membre de la FEN-CGT. Il fut membre de son conseil syndical de la fin des années 1950 jusqu’au début des années 1960. Il démissionna probablement du conseil syndical après janvier 1962 puisque cette éventualité fut envisagée lors de la réunion du secrétariat du Parti communiste français, le 9 janvier 1962. Il entra au bureau départemental de la section en 1970 et, responsable du courant « Unité et Action », fut secrétaire général de la section à partir de 1972. En outre, il était devenu, en 1956, vice-président puis, en 1963, président de la caisse départementale de Sécurité sociale à la suite d’un accord entre tous les syndicats.
Jean Champion, adhérent du Parti communiste français depuis 1946, avait participé à une brigade de travail en Tchécoslovaquie en 1948. Membre du bureau de la section communiste, puis secrétaire des sections communistes de Brionne à partir de 1949, puis d’Étrepagny à partir de 1956, il avait permis une bonne implantation du PCF parmi les ouvriers agricoles. Il devait participer au stage des instituteurs communistes de 1956, mais se récusa pour « raison de famille ». Il l’effectua l’année suivante. Au début des années 1970, il suivit les cours de l’école d’un mois.
Champion devint membre du comité de la fédération communiste de l’Eure en 1950 et le demeura jusqu’en 1987. Membre du bureau fédéral à partir de 1951, il devint quatrième, puis troisième secrétaire fédéral de 1953 à 1963, responsable de la propagande puis du travail parmi les instituteurs, puis de l’organisation, avant de redevenir membre du bureau fédéral de 1963 à 1971, responsable aux intellectuels à partir de 1970, puis membre du comité fédéral, siégeant souvent dans la commission fédérale de contrôle financier.
Récusé dans un premier temps comme candidat au conseil général dans le canton d’Étrepagny car il n’y demeurait pas, Champion fut imposé puisqu’il y enseignait. Il fut à nouveau candidat dans ce canton en 1961. En 1964, il se présenta dans le canton d’Évreux et se désista pour le candidat socialiste. En 1976, dans le canton de Pont-de-l’Arche, il réunissait 2 242 puis 3 596 voix. En 1979, dans le canton Évreux-Nord, il obtenait successivement 2 092 puis 3 501 voix. En 1985, à nouveau candidat, il obtenait 1 786 puis 3 320 voix.
Candidat en troisième position sur la liste communiste pour les élections législatives de 1956, Champion fut à nouveau candidat en 1958 (4 516 voix) dans la 3e circonscription de Louviers. En 1962, il réunissait 5 790 voix sur 48 632 au premier tour, puis 11 573 au deuxième comme candidat unique de la gauche. En 1967, il obtenait 9 946 voix sur 51 784 inscrits et, l’année suivante, 9 392 voix. Lors de ces deux derniers scrutins, il échoua au deuxième tour.
Jean Champion fut élu conseiller municipal en 1971, puis maire de Gravigny de 1977 à 1998, alors qu’il dirigeait une école à Évreux depuis le milieu des années 1960. Son nom fut donné à une place de Gravigny

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19352, notice CHAMPION Jean, Victorin, Honoré [indiqué parfois CHAMPION Jean, Georges] par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 3 avril 2021.

Par Jacques Girault

SOURCE : Arch. comité national du PCF.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément