LAROSE-MAYET Etienne

Par Jean-Luc Labbé

Né le 16 septembre 1845 à Issoudun ; vigneron marié à Madeleine Mayet en 1872 ; militant socialiste blanquiste à Issoudun en 1884.

Domicilié Rue Grande Saint-Paterne, qui constituait alors un faubourg ouvert sur les vignes, Etienne Larose était le fils de Jacques Larose, vigneron né vers 1822. Il se maria le 17 septembre 1872 avec Madeleine Mayet (ou Maillet selon les actes d’Etat civil). Pour se marier il lui fallut l’autorisation du général commandant le département de l’Indre. A 27 ans, il était donc à l’armée dans la suite de la guerre de 1870 – 1871. Sa jeune femme avait 23 ans et déclarait la profession d’ouvrière brossière dans un atelier de fabrique de brosses en soie de porc dont Issoudun s’était fait une spécialité. Madeleine était la fille d’un vigneron, Claude Maillet décédé en 1854 alors qu’elle n’avait que neuf ans et de Marie née Champagne, fille de vigneron. Les quatre témoins du mariage, trois oncles et un beau-frère, étaient tous vignerons.
Alors qu’il avait 38 ans et qu’il était vraisemblablement journalier agricole vigneron, Etienne Larose avait décidé d’afficher ses sympathies politiques avec Jean-Félix Fénon et les socialistes blanquistes qui s’attelaient depuis 1882 à créer de nouvelles organisations politiques. Etienne Larose participa fin décembre 1883 à l’assemblée des citoyens son quartier de Saint-Paterne et fut élu délégué au « Comité démocratique de la ligue pour les franchises [libertés] communales ». Il s’agissait pour les socialistes du parti d’Edouard Vaillant de désigner de futurs candidats pour les élections municipales de l’année 1884. L’union avec les républicains et les radicaux ne se fit pas et les socialistes durent attendre 1888 pour imposer leur présence au conseil municipal. Mais fin 1883, Etienne Larose avait participé à l’émergence d’une nouvelle génération de militants au sein de laquelle les vignerons, ouvriers et petits propriétaires, jouèrent un rôle de premier plan sous la figure tutélaire de Jean-Baptiste Lumet. S’il ne fut pas candidat aux élections municipales de mai 1884, il faisait néanmoins partie de la direction politique des socialistes blanquistes avec Jean Longuet, Richard, Delalande, Jabouille-Naubron et Daubourg-Giraudon.
En 1876, Etienne Larose avait eu un enfant, Claude Larose, qui avait quitté Issoudun et qui, alors qu’il était artisan électricien, fut élu conseiller municipal SFIO en 1925 au Pré-Saint-Gervais, près de Paris. C’était peut-être toute la famille qui avait quitté Issoudun dans les années 1890 au plus fort de la crise du phylloxéra qui ravagea le vignoble issoldunois.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article193689, notice LAROSE-MAYET Etienne par Jean-Luc Labbé, version mise en ligne le 5 juillet 2017, dernière modification le 20 juillet 2017.

Par Jean-Luc Labbé

SOURCES : Arch. Dép. Indre. – L’Eclaireur du Berry, décembre 1883 et janvier 1884. – Etat civil Issoudun.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément