RAPPAPORT Roland

Né le 21 septembre 1933, mort le 26 juin 2017 à Paris ; avocat un temps communiste ; défenseur des militants algériens ; président du MRAP.

Enfant juif caché pendant la Seconde guerre mondiale, Roland Rappoport fit des études de droit à Paris, participant au Comité d’action syndicale (CAS), hostile à la "Corpo" de Jean-Marie Le Pen, avec Henri Leclerc* et Jean-Jacques De Félice* ; Il adhéra au Parti communiste.
Entré au barreau de Paris, il travailla dans le cabinet de Jules Borker et fut un des animateurs du collectifs d’avocats communistes très actif dans la défense des militants algériens. C’est ainsi qu’il sortit clandestinement de la prison Barberousse les feuillets de La Question d’Henri Alleg*, dans la dénonciation de la torture marqua l’opinion de gauche. Il fut aussi l’avocat de la famille de Maurice Audin et resta durablement un porteur de mémoire de la disparition du jeune mathématicien communiste.
Avocat du MRAP et membre de sa présidence en 1988, il ferrailla dans les prétoire contre Jean-Marie Le Pen.
Il avait été le défenseur du mathématicien soviétique Anatoli Chtcharanski, condamné à 13 ans de travaux forcés pour dissidence. Ayant quitté le Parti communiste, il lui garda pourtant de la sympathie.
Il fut un des animateurs de l’association des Amis de la Maison d’Izieu.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article193844, notice RAPPAPORT Roland, version mise en ligne le 17 juillet 2017, dernière modification le 17 juillet 2017.

SOURCE : Le Monde, 7 juillet 2017.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément