MANDEL Joseph alias Jacques

Par Roland Steiner

Né le 18 avril 1903 à Vienne (Autriche), mort en action le 30 mai 1944 à Raccord, hameau rattaché à La-Motte-Saint-Martin (Isère) ; résistant FFI.

Tombe d’Émile et Joseph MANDEL et Eugène STEINER
Tombe d’Émile et Joseph MANDEL et Eugène STEINER

Joseph Mandel était le fils de Philipp Mandl et de Rosa Grün, son épouse.
Il épousa Grete Schneider en 1936.
Commerçant de vêtements et textile à Vienne, de confession juive, il fut contraint en 1938 par les autorités nazies après l’Anschluss à déposer une déclaration de patrimoine. Le 26 juin 1939, il quittait l’Autriche avec sa femme Grete, son frère Joseph, sa belle-sœur Elsa et son neveu Kurt. Ils se réfugièrent en Belgique.
Après la déportation vers Auschwitz d’Elsa et Kurt, Joseph, son épouse et son frère partirent se réfugier en France. Les hommes rejoignirent le maquis des Hautes-Alpes.
Vers la mi-mai 1944, avec un groupe d’environ 25 hommes, il s’installa au hameau de Raccord. Peu armé, ne disposant que d’un véhicule, le groupe descendait régulièrement au village de La Motte-St-Martin pour se ravitailler. Dénoncés mais avertis d’une attaque allemande, les hommes se cachèrent dans la forêt. Il ne restait dans le hameau que la famille Peyrin et des bûcherons.
Le 30 mai 1944, à 3 heures du matin, 200 soldats allemands se présentèrent à La Motte-St-Martin. Un officier contraignit sous la menace d’un pistolet le maire du village à les conduire au Raccord. Les maisons furent fouillées, les bûcherons sauvagement interrogés.
Joseph Mandel et 7 autres maquisards, réfugiés dans la forêt à environ 500 mètres du hameau, ne pouvaient pas voir ce qui s’y passait. Croyant à une fausse alerte, ils décidèrent de rentrer au hameau. Arrivés à une cinquantaine de mètres des maisons, ils furent surpris par une sentinelle allemande armée d’un fusil mitrailleur. Sommés de s’arrêter, cinq hommes obtempérèrent. Les deux frères Mandel et Eugène Steiner tentèrent de s’enfuir en escaladant un talus. Ils furent fauchés par une rafale. Émile Mandel et Eugène Steiner furent tués sur le coup ; Joseph Mandel fut achevé à coups de pieds à la tête.
Les Allemands firent transporter les 3 dépouilles par les 5 prisonniers dans un grenier. Puis ils y mirent le feu à l’aide de grenades incendiaires. Quatre des cinq maisons du village furent détruites.
Le 31 mai, deux gendarmes de la brigade de La Motte-d’Aveillans se rendirent sur place et constatèrent les dégâts.
Les frères Mandel et Eugène Steiner furent inhumés au cimetière de La-Motte-Saint-Martin. Deux stèles, l’une au cimetière et l’autre sur les lieux de l’exécution, furent érigées.
Le Mémorial de Yad Vashem recense Joseph Mandel parmi les victimes de la Shoah.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article193882, notice MANDEL Joseph alias Jacques par Roland Steiner, version mise en ligne le 20 juillet 2017, dernière modification le 28 mars 2021.

Par Roland Steiner

Tombe d'Émile et Joseph MANDEL et Eugène STEINER
Tombe d’Émile et Joseph MANDEL et Eugène STEINER

SOURCES : Arch. Dép. Isère, Mémorial de l’oppression, 2 MI 2233, transmis par B. Tixier, Association "Histoire et patrimoine du Gua" — Enquête réalisée par Roland Steiner, non sourcée. — https://www.geni.com/people/Emil-Mandel/6000000031458648821 — Document en PDF non signé téléchargé sur le site https://www.malgre-nous.eu/, Les fusillés du hameau Le Raccord à La-Motte-Saint-Martin, 16 mai 2017 — Mémorial GenWeb — Mémorial de Yad Vashem (Israël)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément