STORA Robert, Elie, Armand

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault.

Né le 10 novembre 1923 à Enghien-les-Bains (Seine-et-Oise ? Val-d’Oise), exécuté sommairement le 18 juillet 1944 à Saint-Gilles-les-Forêts (Haute-Vienne) ; étudiant ; résistant FTPF.

Il était issu d’une famille juive sépharade d’Afrique du Nord. Son père Abraham Stora était né en 1885 à Alger et sa mère Rose Marcelle Éléonore Azoulay également à Alger en 1896. Venus s’installer à Paris, ils s’y marièrent le 15 janvier 1920. Ils eurent trois enfants, trois fils : Paul Henri Aaron né le 11 janvier 1922 à Paris, Robert Élie Armand né le 10 novembre 1923 à Enghien-les-Bains et André Michel Joseph né le 13 décembre 1933 à Paris. Domiciliés en divers lieux à Paris et dans la région parisienne, ils habitaient au début 1940 rue des Lilas dans le XIXème arr.

A l’été 40, lors de la défaite de l’armée française, la famille Stora fut une première fois dispersée, les parents et Robert partis de Paris en voiture parvinrent à gagner Limoges (Haute-Vienne) pour y rejoindre les neveux et nièces de Rose Stora. Le père Abraham et Robert y restèrent tandis que la mère retournait à Paris retrouver ses deux autres fils et reprendre son activité de courtière en assurances. Dans le courant de l’année 1941, devant la montée des politiques antisémites, la famille connut une deuxième dispersion. Le plus jeune fils André fut caché, après avoir été baptisé dans une famille d’agriculteurs du Jura, la mère Rose Stora vint s’établir à Lyon (Rhône) pour tenter de poursuivre sous un nom d’emprunt son métier de courtière en assurances à l’Urbaine Capitalisation. Abraham Stora resté à Limoges avec son fils Robert, avait pris en charge dès l’été 40 ses neveux et nièces, développant avec eux sur le marché de Limoges, alors qu’il était auparavant bijoutier, un commerce de fruits et légumes. Robert Stora poursuivit ses études à Limoges travaillant par ailleurs avec son père comme commis-livreur. Il fit apposer la mention juif sur sa carte d’identité le 15 janvier 1943. Avec la montée des persécutions, la famille quitta Limoges pour se réfugier à Solignac (Haute-Vienne). Fin 1943 – début 1944, sans que la cause en soit connue, Robert Stora fut interné au camp de Saint-Paul-d’Eyjeaux (Haute-Vienne). Il profita de la libération du camp par la Résistance, le 11 juin 1944, pour gagner le maquis. Il s’engagea dans la Résistance au sein du 6ème bataillon FTPF sous les ordres du commandant « Jacquot » devenant infirmier auprès de son groupe FTP.

A la mi-juillet 1944, le commandement allemand organisa une campagne de répression contre les forces de la Résistance en Limousin. Venues de Limoges et soutenues par des membres des 1re et 3e Centaines de la 2e Cohorte de la Milice française, des unités allemandes, appartenant au groupement Ottenbacher (95ème Régiment de Sécurité) tentèrent d’éliminer les maquis du Mont Gargan (sur la commune de Saint-Gilles-les-Forêts en Haute-Vienne), commandés par le colonel FTPF Georges Guingouin. Les 17 et 18 juillet 1944 de violents combats se déroulèrent autour de Saint-Gilles-les-Forêts. Robert Stora fit partie d’un groupe de 14 volontaires commandés par le Lieutenant Jeandoux qui avait reçu l’ordre de Georges Guingouin de se porter au cimetière de Saint-Gilles. Violemment attaqué à l’entrée du village, le groupe se replia sur Meilhac avant l’encerclement total. Robert Stora capturé fut fusillé à la Forêt-Haute.

La famille Stora réunifiée s’installa à Lyon après la guerre et Robert Stora fut inhumé en 1946 au Cimetière juif de Lyon, rue Abraham-Bloch.

Il obtint la mention Mort pour la France. Son nom figure sur le monument aux Morts 1939-1945 du Jardin d’Orsay à Limoges. Il est également inscrit avec ceux de sept autres maquisards (et deux victimes anonymes) sur une stèle commémorative à Saint-Gilles-les-Forêts au bord de la D 39A, à 1km du bourg vers Sussac (Mont Gargan), stèle portant l’inscription « Aux Maquisards tombés le 18 juillet 1944 - Passant souviens-toi ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article194209, notice STORA Robert, Elie, Armand par Bernard Pommaret, Michel Thébault., version mise en ligne le 28 juillet 2017, dernière modification le 16 avril 2021.

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault.

SOURCES : Arch. Dép. Haute-Vienne 993 W 222-224 et 986 W 541 — AM-COSOR — SHD GR 16 P 557626 — SHD Caen 21 P 161251 — Témoignage d’André Stora in Paroles d’étoiles - Mémoires d’enfants cachés 1939-1945 sous la direction de Jean Pierre Guéno. Ed. Librio 2008 — P. Plas et M. C. Kiener – sous la direction de -, Enfances juives, Limousin-Dordogne-Périgord Terres de refuge 1939-1945 Ed. Lucien Souny. 2006 — Georges Guingouin Quatre ans de lutte sur le sol limousin Ed. Hachette 1974 — Mémorial genweb — Mémoire des Hommes — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément