FABRE René, Fernand

Par Jacques Girault

Né le 25 octobre 1904 à Carcassonne (Aude), mort le 16 janvier 1972 à Paris (XIVe arr.) ; professeur ; militant socialiste à Bourg-la-Reine (Seine/Hauts-de-Seine).

Fils d’un inspecteur du travail catholique et d’une mère protestante, René Fabre, élève du lycée de Carcassonne, titulaire du baccalauréat (série « Mathématiques ») en 1922, étudiant à la Faculté des Sciences de Lille, obtint la licence ès-sciences en 1927 et le diplôme d’études supérieures en 1928. Pendant ces études, il avait été maître d’internat aux lycées de Valenciennes, au collège du Quesnoy et au lycée de Tourcoing). Il indiquait en 1928-1929 une adresse à La Rochelle (Charente-Inférieure/Maritime) alors qu’il était délégué pour l’enseignement scientifique au collège de Saint-Amand-les-Eaux (Nord). Après son service militaire en Algérie comme sous-officier (octobre 1929-février 1931), il fut délégué puis titularisé professeur de physique au collège de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) à partir de mars 1931 où il s’occupa aussi de la bibliothèque scientifique et du laboratoire. Mobilisé dans l’intendance de septembre 1939 à juillet 1940, à partir d’octobre 1940, il remplaça le préparateur prisonnier du lycée Voltaire à Paris. Il fut nommé préparateur du lycée Rollin (futur lycée Jacques Decour) en octobre 1941.

Reçu à l’agrégation de physique en 1945, après avoir été candidat à plusieurs reprises depuis 1934, il fut nommé au lycée de Chartres (Eure-et-Loir) à la rentrée d’octobre 1945. Il obtint sa nomination au lycée Lakanal à Sceaux à partir d’octobre 1946 où il enseigna dans les classes préparatoires à l‘école de 1948 à 1954, puis à l’école des Hautes études commerciales, enfin aux Écoles nationales vétérinaires. Il fut nommé conseiller pédagogique pour les stagiaires de CAPES. Membre du conseil intérieur, il ne partageait pas les orientations de la gauche politique et syndicale de l’établissement. Il prit sa retraite en 1971.

Militant socialiste, en septième position aux élections municipales de Bourg-la-Reine, le 26 avril 1953, sur la liste « d’entente socialiste et démocratique de défense des intérêts communaux », il obtint 615 voix.

René Fabre se maria en septembre 1938 à La Rochelle (Charente Inférieure/Maritime) avec Renée, Françoise, Marie, Marguerite Parrot, née le 21 février 1914 à Briançon (Hautes-Alpes), fille d’un répétiteur de collège. Devint déléguée rectorale du collège de garçons de Lunéville. Professeur, candidate à l’agrégation masculine de grammaire en 1938, elle fut reçue à l’agrégation féminine des lettres en 1939 et fut nommée professeur au lycée Marie Curie à Sceaux (Seine/Hauts-de-Seine). Le couple, qui habitait Sceaux puis Bourg-la-Reine (Seine/Hauts-de-Seine), avait trois filles qui reçurent une éducation chrétienne et fréquentèrent le scoutisme protestant. Sans responsabilités dans les organisations, elle participait aux orientations de la gauche politique et syndicale de son lycée. Elle décéda le 26 juillet 1985 à l’hôpital de Cébazat (Puy-de-Dôme).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article194347, notice FABRE René, Fernand par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 août 2017, dernière modification le 17 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat. F/17/ 30292. — Arch. mun. Bourg-la-Reine. — Notes d’Alain Dalançon. — Note de sa petite-fille. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément