CHALENÇON Julienne, Juliette [née CHOMAT Julienne, Catherine, Jeanne]

Par Jean-Michel Steiner

Née le 6 juin 1913 à Saint-Étienne (Loire), morte le 8 octobre 1995 à Créteil (Val-de-Marne) ; militante communiste de Paris et de la Loire.

Son père, Jean-Marie Chomat, né le 1er septembre 1878 dans le quartier du Soleil, était le fils d’un armurier – Philibert Chomat – et d’une dévideuse – Jeanne Voutat. Son oncle, Jean Chomat, témoin signataire de l’acte de naissance, était ouvrier mineur. Sa mère, Philomène Marguerite Pagat, fille d’Antoine, ouvrier mineur, et de Marie Raymond était née le 31 octobre 1879, à Saint-Jean-Bonnefonds (Loire). Lorsqu’ils se marièrent, le 25 mai 1901 à Saint-Jean-Bonnefonds, Jean Marie était devenu ouvrier mineur et Philomène Pagat se déclara comme culottière.

Installés dans le quartier du Soleil où Jean-Marie Chomat fréquentait assidûment l’Amicale laïque, ils changèrent souvent de logement : 25 rue Tiblier Verne le 26 décembre 1901, lors de la naissance de leur fils aîné, Jean Marie ; 4 place Garibaldi en 1905 ; 99 rue du Soleil, le 15 août 1907 pour la naissance de Jeanne Françoise ; rue de la Talaudière le 6 juin 1913, pour celle de Julienne et le 7 février 1915 pour celle de Claudine. C’est dans cette rue que Philomène Pagat tenait un café.

Jean-Marie Chomat avait effectué son service militaire du 14 novembre 1899 au 23 septembre 1900 dans les régiments d’infanterie de Saint-Étienne et Gap. Rappelé par l’ordre de mobilisation générale du 1er août 1914, il fut envoyé en première ligne dès le 4 août et « tué à l’ennemi » le 11 novembre, dans le secteur de Vingré Nouvron (Aisne).

Les enfants Chomat furent adoptés pupilles de la Nation par jugement du Tribunal civil de Saint-Étienne en date du 19 juin 1919. Un an plus tard, le 8 août 1920, Philomène Pagat, mourut à son tour alors que Juliette n’avait que huit ans, et sa sœur Claudine 5. En 1925, Jean-Marie, le frère aîné était employé comme forgeur, Jeanne était ouvrière en couronne. Ils vivaient avec leur grand-mère – Marie Pagat Reymond – et leurs deux petites sœurs Julienne et Claudine, 5 rue du Vieux Soleil. La grand-mère vivait toujours à la même adresse en 1931 avec les deux plus jeunes : Julienne était giletière, à la maison Fraisse et Claudine employée à la maison Basset.

Le 5 janvier 1935, Julienne, Catherine, Jeanne Chomat épousa Jean Chalençon, métallurgiste à Firminy (Loire). Elle habitait 5 rue du Bardot et exerçait encore la profession de giletière. Elle divorça le 30 octobre 1950.

Militant communiste active de Paris avant la Seconde Guerre mondiale, Juliette Chalençon avait deux domiciles connus : 20 rue de la Butte aux Cailles à Paris XIIIe arr. et 29 rue Ferdinand à Saint-Étienne (Loire).
Communiste clandestine condamnée à 2 ans d’emprisonnement pour "menées communiste", elle fut libéré de la prison de Rennes le 16 juillet 1940 et disparue dans la clandestinité. Elle participa à l’action illégale du Parti communiste et fut recherchée par la police.

Elle était la sœur de la dirigeante communiste Claudine Chomat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article194359, notice CHALENÇON Julienne, Juliette [née CHOMAT Julienne, Catherine, Jeanne] par Jean-Michel Steiner, version mise en ligne le 11 septembre 2017, dernière modification le 22 février 2021.

Par Jean-Michel Steiner

SOURCES : Fiches de police des militants communistes recherchés pendant l’Occupation (Arch. PPo), communiqué par Guillaume Bourgeois. Arch. Dep. Loire : État-civil de Saint-Jean-Bonnefonds : 3 E 238_19 (naissances 1878-1882), 3 E 238_25, (mariages 1901-1904) ; État-civil de Firminy : 3 E 96_55 (mariages 1935) ; Arch. Mun. Saint-Étienne : 2 E 90 (naissances 1878), 2 E 132 (naissances juillet - décembre 1901), 2 E 144 (naissances 5 juillet - décembre1907). 4 E 130 (décès, 1er janvier-22 septembre 1920) ; listes électorales : 1 K 7 (1905), 1 K 10 (1925) ; 1 F 45, recensement canton nord-est 1925.
BIBLIOGRAPHIE : Gremmos, Collectif, Le monde ouvrier face à la Grande Guerre. Le bassin de Saint-Étienne de 1910 à 1925, 2018, Actes graphiques, “Histoire du monde ouvrier stéphanois”, St Barthélémy Lestra, 301 p - Jean-Paul Burdy, Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Étienne. 1840-1950, Lyon, PUL, Centre Pierre Léon, 1989, 270 p. — https://www.mclaude-hugues.fr/claudine-chomat/

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément