CHAPUT Louis, Pierre

Par Daniel Grason, Claude Pennetier

Né le 4 mai 1912 à Chalon-sur Saône (Saône-et-Loire), mort le 17 mai 1996 à Vinneuf arrondissement de Sens (Yonne) ; militant communiste du XIIIe arrondissement de Paris ; résistant ; déporté à Sachenhausen (Allemagne).

Militant communiste du XIIIe arrondissement (quartier de la Gare), Louis Chaput fut particulièrement actif à l’époque du Front populaire et pendant la Seconde Guerre mondiale. Membre de la cellule 1332 (entreprise Aster) était responsable à la section du XIIIe des archives, de la diffusion, du collage et de la correspondance.
Lorsque le 26 août 1939, l’Humanité fut saisie, il se chargea de cacher les listes d’adhérents ainsi que les archives conservées au siège de la section, 197, rue du Château des Rentiers. Mobilisé, son logement, 14 rue Lahire, utilisé comme « planque » par d’autres militants, fut perquisitionné. Il revint à Paris à la fin juin 1940. Contacté pour réorganiser le Parti dans le XIIIe arrondissement, il rencontra la dirigeante parisienne Denise Ginollin qui lui confia officiellement la responsabilité de l’arrondissement.
Au début de l’année 1942, Louis Chaput appartenait au triangle de direction régionale avec Jean Chaumeil et Richard Ledoux.
Militant communiste Louis Chaput entra dans la clandestinité, vivait 4 rue Louis Braille à Paris (XIIe arr.). Il fut filé par des inspecteurs de la BS1, interpellé le 13 octobre 1942 dans un restaurant du IVe arrondissement de Paris. À son domicile clandestin les policiers saisissaient une machine à écrire, des stencils, des brochures édités par le Parti communiste clandestin, et une serviette en cuir.
Interrogé dans les locaux des Brigades spéciales, il a ensuite été livré aux autorités allemandes, incarcéré à la prison du Cherche-Midi à Paris. Cette prison était administrée par les occupants, lors des interrogatoires les coups, la torture n’étaient pas rares.
Louis Chaput était le 24 janvier 1943 dans un convoi de 1557 hommes à destination du camp de concentration de Sachenhausen en Allemagne. Il a été affecté au kommando de travail des usines Heinkel, des barbelés ceinturaient le vaste espace boisé de Germendorf, un village situé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest d’Orianenbourg, où alternaient les blocks des déportés et les halls de fabrication du constructeur d’avions Heinkel. Le camp compta jusqu’à huit mille détenus en 1944.
Son épouse Suzanne témoigna le 8 mars 1945 devant la commission d’épuration de la police. Elle déclara qu’elle ignorait si son mari avait « été victime de sévices pendant son séjour à la Préfecture de police. » Elle ne connaissait aucun des inspecteurs ayant interpellé son mari. Elle porta plainte contre ceux qui l’arrêtèrent les considérant comme les « responsables de sa déportation. »
Louis Chaput et ses compagnons du kommando de travail ont été évacués le 21 avril 1945. Ils furent libérés le 4 mai 1945, quelques jours avant la reddition de l’Allemagne hitlérienne.
Louis Chaput a été homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF), et Déporté interné résistant (DIR).
Il mourut le 17 mai 1996 à Vinneuf arrondissement de Sens (Yonne)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19438, notice CHAPUT Louis, Pierre par Daniel Grason, Claude Pennetier, version mise en ligne le 5 décembre 2020, dernière modification le 5 décembre 2020.

Par Daniel Grason, Claude Pennetier

ŒUVRE : En collaboration, Le XIIIe arrondissement de Paris du Front populaire à la Libération, Paris, 1977.

SOURCES : Arch. PPo. 77 W 5357-301497. – Arch. André Marty, P VI. – Le XIIIe arrondissement, op. cit. – Note de Jean-Pierre Besse. – Fiches de police de l’occupation (Arch. PPo.) concernant les militants communistes recherchés, communiqué par Guillaume Bourgeois. – État civil site internet Match ID.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément