CHAREILLE Jean, Louis, François

Par Jacques Girault

Né le 23 octobre 1903 à Bonnat (Creuse), mort le 5 février 1979 à Sainte-Feyre (Creuse) ; instituteur dans la Creuse ; militant syndical (CGT et SNI) ; militant socialiste puis communiste ; conseiller général.

Fils d’un artisan sabotier, Jean Chareille entra à l’École normale d’instituteurs de Guéret (Creuse) en octobre 1920. Titulaire du brevet supérieur en 1923, nommé instituteur intérimaire à Villard puis à Bussière-Madeleine en 1924, il y fut titularisé. Réformé du service militaire, il se maria à La Souterraine (Creuse) en septembre 1932. Avec son épouse (voir Pauline Chareille->19457], il enseigna au hameau de Bussière-Madeleine. Ils furent mutés aux Bains dans la commune de Grand-Bourg en 1941 puis à l’école de Grand-Bourg en 1941. Il obtint un poste à Guéret en 1953 qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1959.

Jean Chareille militait dans la section départementale du Syndicat national et en fut le secrétaire général de 1933 à 1935. À ce titre, il signa les appels à la cessation du travail pour les syndicats CGT lors de la grève générale du 12 février 1934. Délégué au congrès national de Nice en août, il y prit la parole. L’inspecteur d’Académie le sanctionna. Un mouvement de soutien dans le département s’organisa.

Membre du bureau de l’Union départementale, il eut, pendant l’été 1936, à intervenir pour aider les grévistes. Plus tard, les patrons du bâtiment l’accusèrent d’avoir été un fauteur de désordre. Militant antifasciste, il joua un grand rôle au cours du Front populaire comme militant socialiste SFIO et comme secrétaire adjoint de l’UD. En 1938, la section départementale présenta sa candidature pour le Bureau national. Elle ne fut pas retenue. Il fut élu membre du conseil départemental de l’Enseignement primaire.

Jean Chareille fut déplacé d’office en septembre 1941. Son épouse fut mise à la retraite d’office, étant âgée de plus de cinquante ans. Responsable de l’AS en 1943, il devint dans son secteur, président du Comité local de Libération et présida le comité cantonal de Libération du Grand-Bourg. Élu conseiller général socialiste du canton en 1945, il le demeura jusqu’en 1949. Il adhéra en 1947 au Parti communiste.

Il livra son témoignage à diverses reprises dans la presse locale et mourut au centre de la MGEN de Sainte-Feyre (Creuse), le 5 février 1979 ; son décès fut déclaré à Guéret.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19456, notice CHAREILLE Jean, Louis, François par Jacques Girault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 13 août 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. Creuse, Inspection académique. — Presse locale syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé et par son frère.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément