CAUMONT

Syndicaliste cheminot de Seine-Inférieure [Seine-Maritime] ; socialiste unifié en 1914.

Secrétaire du syndicat de Dieppe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) de la Fédération nationale des chemins de fer vers 1912, Caumont fut candidat à la députation le 236 avril 1914, dans l’arrondissement d’Yvetot (Seine-Inférieure), pour le parti socialiste unifié. Il réunit 739 voix soit 6,8% des suffrages.

Il pourrait s’agir de Caumont Henri Charles Émile, employé des chemins de fer à Dieppe, qui, en 1913, habitait 8 rue du Mont-de-Neuville, au Pollet. Fils de cultivateurs, celui-ci était né le 5 janvier 1876 à Vesvres-sous-Chalancey (Haute-Marne). Il mourut le 24 février 1919 à Paris, où il habitait Cité des fleurs.

Il entra en 1899 à la compagnie de Poissy, à Conflans-Sainte-Honorine. En 1910 il habitait à Paris (17e), au 6 passage Lagille. Le 8 juillet 1910, il fut condamné par le tribunal correctionnel de la Seine, à 48 heures de prison et 16 francs d’amende, pour outrages à agents. Cependant en octobre, il ne semble pas avoir fait grève lors de la grande grève des cheminots, où en tout état de cause, il céda à la menace de révocation, puisqu’il « accomplit une période d’exercice dans la 4e section des chemins de fer de campagne, du 14 au 27 octobre ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article1946, notice CAUMONT, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 9 mai 2022.

SOURCE : Arch. Nat. F7/13619, Dieppe, 8 août 1918. — Le journal de Rouen, 27 avril 1914. — Arch. Dép. de Seine-Maritime, cote 3 M70, liste électorale de Dieppe, 1913 — Arch. Dép. de la Haute-Marne, registres matricules, classe 1896, n°259. — notes de Gilles Pichavant.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément