DÉFIANAS Henri, Gabriel

Par Bernard Pommaret, Dominique Tantin

Né le 22 avril 1906 à Saint-Symphorien-sur-Couze (Haute-Vienne), mort le 21 juillet 1944 à Glandon (Haute-Vienne) ; résistant FFI.

Henri Défianas était le fils de Louis, forgeron, alors âgé de 26 ans, et de son épouse Marie Stéphanie Adeline Françoise Dejouhanet, couturière, âgée de 20 ans.
Son père, caporal puis sergent dans le 90e Régiment d’Infanterie territorial, fut gravement blessé le 5 juin 1915 et mourut des suites de ses blessures le 12 août 1915 à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris. Il reçut à titre posthume la Croix de Guerre avec étoile de bronze. Henri Défianas devint pupille de la Nation par décision du 13 décembre 1918.
Le 10 janvier 1931, dans sa commune natale, il épousa Yvonne Maria Texier. Le couple était domicilié 13, rue Villaris à Limoges (Haute-Vienne).
Il rejoignit la Résistance mais nous ignorons encore dans quelle organisation. Sur sa fiche dans Mémoire des hommes, il est déclaré "tué en service commandé" à Glandon, commune du sud de la Haute-Vienne proche de la Dordogne et de la Corrèze.
Il obtint la mention Mort pour la France et fut homologué FFI.
Son nom est inscrit sur le monument aux morts de Saint-Symphorien-sur-Couze, rattaché aujourd’hui à la commune nouvelle de Saint-Pardoux-le-Lac.


Notice provisoire, en attente de la consultation des archives du SHD.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article194791, notice DÉFIANAS Henri, Gabriel par Bernard Pommaret, Dominique Tantin, version mise en ligne le 24 août 2017, dernière modification le 8 avril 2021.

Par Bernard Pommaret, Dominique Tantin

SOURCES : AM 4H142. — Mémoire des Hommes. — SHD GR 16 P 164667. — SHD Caen 21 P 114266. — MémorialGenWeb. — Archives dép. Haute-Vienne en ligne, acte de naissance ; registre matricule militaire de Louis Défianas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément