CHARLOT André, Alfred

Par Michel Dreyfus

Né le 15 décembre 1910 à Paris (XXe arr.), mort le 21 juillet 1971 à Paris (XVIIIe arr.) ; ouvrier boucher dans la Seine ; dirigeant de la Fédération FO de l’Alimentation ; membre du Conseil économique et social (1947-1951 et 1964-1969).

André Charlot
André Charlot

André Charlot était le fils de Léon Charlot et Renée Cestriéres, sans profession.

Il fut ouvrier boucher très jeune. Dès dix-sept ans, il adhéra au syndicat professionnel des ouvriers bouchers. Il accéda au bureau de la Fédération de l’Alimentation en 1935. Secrétariat adjoint de la Fédération de l’Alimentation lors du XVIe congrès (Paris, 22-23 septembre 1935), il restait un des sept secrétaires en 1937 comme responsable des bouchers et du commerce de détail. Au XVIIIe congrès (13-15 septembre 1937) il affronta la communiste Ambrogelli sur le problème de la comptabilité entre les responsabilités syndicales et politiques : « Il faut choisir : ou l’on milite dans les partis politiques, ou l’on milite dans le mouvement syndical » déclara-t-il, et, s’adressant aux communistes « vous avez fait beaucoup de sacrifices, appris à chanter la Marseillaise, arboré le drapeau tricolore » acceptez de « reconnaître l’indépendance du syndicalisme et, avec nous défend[ez] cette indépendance » (c.r. p. 176-177). Les congressistes le réélurent au bureau fédéral.

Prisonnier durant la Seconde Guerre, il reprit ensuite ses responsabilités syndicales. En 1947, André Charlot était un des responsables de la Fédération CGT de l’Alimentation. D’orientation confédérée, il se prononça pour rester au sein de la CGT, lors de la conférence des 8-9 novembre 1947 ; toutefois, au terme de cette réunion il fut appelé à siéger à la commission administrative du nouveau groupe Force ouvrière. Il intervint également et joua un rôle important lors de la seconde conférence, tenue les 18 et 19 décembre 1947. Puis il fut le premier secrétaire général de la Fédération Force ouvrière de l’Alimentation et ce jusqu’à son décès, intervenu en 1971.

André Charlot fut également membre de la commission exécutive confédérale de Force ouvrière de 1952 à 1963 ainsi que du Conseil économique et social.

Malade depuis mai 1970, il décéda le 21 juillet 1971 à l’Hôpital Bichat à Paris après une longue maladie.

Il était célibataire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article19482, notice CHARLOT André, Alfred par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 12 juin 2021.

Par Michel Dreyfus

André Charlot
André Charlot

SOURCES : 19 décembre 1947..., op. cit. — Gérard Adam, La CGT-FO, op. cit.Force ouvrière hebdo, n° 1274, 1er septembre 1971. — Les Travailleurs de l’alimentation CGT-FO, organe de la Fédération des travailleurs des commerces et industries de l’alimentation, cafés, restaurants, octobre-décembre 1970, juillet-septembre 1971 (BNF, FOL-JO-7218). — Notes de Louis Botella. — Etat civil de Paris (XVIIIe arr.). — Site Internet du groupe FO au Conseil économique, économique et social (CESE).

ICONOGRAPHIE : Force ouvrière hebdo, n° 1274, 1er septembre 1971.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément