GRUSELLE Michel, Ghislain alias Pellicule

Par André Balent

Né le 27 juillet 1925 à Rousies (Nord), mort en action le 11 août 1944 à Decazeville (Aveyron), côte Nuces ; résistant au sein de l’AS Vény.

Fils d’Émile, Joseph, Ghislain Gruselle, né le 9 août 1891 à Tourinnes-Saint-Lambert (Belgique), taraudeur, et de Jeanne, Marguerite Maurage, née le 19 avril 1900 à Rousies, ménagère, son épouse, Michel Gruselle état célibataire et habitait en 1944 à Decazeville, employé des Terreaux ?).
D’abord membre de l’AS Vény du Lot, il appartenait à l’un des nombreux maquis de l’Aveyron. Le 10 août 1944, il circulait en direction de Rodez sur la côte située juste après le village de Nuces (commune de Valady). La voiture était occupée par quatre autres maquisards de la même formation : Georges Andreassian, Pierre Boissière Marcel Cabrol, Michel Cruzelles, Vincent Martorelli. Ils tombèrent sur les éléments avancés d’une colonne allemande venant de Rodez et se dirigeant vers le bassin houiller de Decazeville (Aveyron) dont ils voulaient reprendre le contrôle. Une fusillade suivit. Martorelli fut fait prisonnier et Cabrol réussit à s’échapper.
Andreassian, Boissière et Gruselle furent tués. Son acte de décès étant établi à Decazeville.
La colonne commis plusieurs autres exactions ce 10 août 1944, coûtant la vie à dix-huit personnes, presque toutes des FFI. Son acte de naissance indique un décès à Decazeville (Aveyron), le 10 août 1944.

Il a été reconnu Mort pour le France, homologué FFI.

Son nom fut inscrit à Valady, sur le monument érigé au lieu même de l’affrontement sur la côte de Nuces (route de Rodez à Decazeville). De même que Gruselle -orthographié ici Cruzelles-, Andreassian ne fut inscrit sur le grand monument mémorial de la résistance rouergate érigé à Sainte-Radegonde alors que le troisième tué de la côte de Nuces, alors que Boissière le fut.

Voir Valady, Côte de Nuces (10 août 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article194974, notice GRUSELLE Michel, Ghislain alias Pellicule par André Balent, version mise en ligne le 29 août 2017, dernière modification le 19 juillet 2022.

Par André Balent

SOURCES : Christian Font, Henri Moizet, Maquis et combats en Aveyron, Chronologie 1936-1945, Rodez & Toulouse, ONAC Aveyron, ANACR Aveyron, CRDP Midi-Pyrénées, 2e édition, 2001, 412 p. [p. 346]. — Christian Font, Henri Moizet, Construire l’histoire de la Résistance. Aveyron 1944, Rodez & Toulouse, CDDP Rodez, CDHIP Rodez, CRDP Midi-Pyrénées, 1997, 343 p. [p. 208]. — AVCC, Caen, AC 21 P 197184, dossier militaire tué (nc). —SHD, Vincennes, GR 16 P 273056, dossier FFI (nc). — Ombres et espérances en Quercy, 1940-1945 : les groupes Armée Secrète Vény dans leurs secteurs du Lot, Toulouse, Privat, 1980. p. 436. — 50éme anniversaire de la Libération du Lot, ANACR 46, 1995. — Retour ligne automatique
"Commémorations : hommages, Aubin, Aveyron". La Dépêche, 17 août 2020->https://www.ladepeche.fr/2020/08/17/un-devoir-de-memoire-pour-ne-pas-oublier-la-journee-meurtriere-du-10-aout-1944-9022262.php]. — "Aubin : la mémoire des résistants est honorée", Centre-Presse Aveyron, 13 août 2019. — Site MemorialGenWeb, consulté le 18 août 2017. — État civil Rousies et Decazeville. — Compléments Eric Panthou.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément