AVERSENQ André, Jean, Noël

Par Robert Serre

Né le 26 février 1912 à Montpellier (Hérault), mort en déportation le 28 janvier 1945 ; ouvrier du livre dans la Drôme, résistant.

Noël et André Aver senq
Noël et André Aver senq

Fils de Noël Aversenq, André Aversenq, linotypiste, avait déjà été condamné à quatre mois de prison en 1940 pour avoir imprimé des journaux espagnols. Mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale, il avait pris part à la bataille de Dunkerque. Il avait rejoint, dès sa démobilisation, la lutte clandestine (FFI puis FTPF), sous le nom de Théo.
Résitant dans la Drôme, il fut arrêté le 2 septembre 1943 à Tain-l’Hermitage (Drôme) après avoir défendu les armes à la main l’imprimerie clandestine qu’il dirigeait. Écroué à Valence, jugé à Grenoble, il fut condamné à vingt ans de travaux forcés pour impression de tracts, détention d’armes et de munitions. Transféré à Eysses puis à Compiègne, il fut déporté le 20 juin 1944 à Dachau, matricule 73 037 puis à Güsen (Autriche) où il mourut le 28 février 1945.
En avril 1946, une plaque commémorant le sacrifice de N. et A. Aversenq ainsi que celui de Gilbert Barbé* fut apposée sur la façade de la maison située au 1 bis, rue Jardin-Martel à Montpellier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195141, notice AVERSENQ André, Jean, Noël par Robert Serre, version mise en ligne le 4 septembre 2017, dernière modification le 2 janvier 2021.

Par Robert Serre

Noël et André Aver senq
Noël et André Aver senq

SOURCE : Notes de Robert Serre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément