MALAVAUD Pierre

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault

Né le 6 mars 1918 à Domps (Haute-Vienne), mort en action le 18 juillet 1944 à Saint-Gilles-les-Forêts (Haute-Vienne) ; ouvrier agricole ; résistant FTPF.

Pierre Malavaud était marié et père d’une petite fille. Il s’engagea dans la résistance le 20 décembre 1943 rejoignant Georges Guingouin et les maquis FTPF sous-secteur A du Limousin. Sous le pseudonyme de « Coco », il était à l’été 1944 avec le grade de lieutenant, chef d’une compagnie FTPF.

Il participa aux combats du Mont Gargan dans la deuxième quinzaine de juillet 1944. . Venues de Limoges et soutenues par des membres des 1re et 3e Centaines de la 2e Cohorte de la Milice française, des unités allemandes, appartenant au groupement Ottenbacher (95ème Régiment de Sécurité) tentèrent d’éliminer les maquis du Mont Gargan (sur la commune de Saint-Gilles-les-Forêts en Haute-Vienne), commandés par le colonel FTPF Georges Guingouin. Les 17 et 18 juillet 1944 de violents combats se déroulèrent autour de Saint-Gilles-les-Forêts. En 2001 pour le 57ème anniversaire des combats, devant la stèle de la Forêt-Haute, Georges Guingouin commença ainsi son discours (Bulletin des amis du musée de la Résistance de Limoges op. cit.) : « Nous voici de nouveau réunis devant la stèle érigée à l’endroit précis où le lieutenant Pierre Malavaud fit le sacrifice de sa vie. Je conserve toujours, gravé en ma mémoire, ce souvenir ; quand, au matin du 18 juillet 1944, je lui donnai l’ordre de tenir à la tête de sa compagnie ce secteur, contre les Allemands, il se raidit, me regarda intensément et répondit : « Je tiendrai jusqu’au bout, mon colonel ! ». Il laissera une veuve et une petite orpheline ». Grièvement blessé dans le combat Pierre Malavaud fut massacré atrocement par les soldats allemands.

Il obtint la mention mort pour la France et fut homologué lieutenant FFI à titre posthume. Son nom est inscrit avec ceux de sept autres maquisards (et deux victimes anonymes) sur une stèle commémorative à Saint-Gilles-les-Forêts au bord de la D39A, à 1km du bourg vers Sussac (Mont Gargan), stèle portant l’inscription « Aux Maquisards tombés le 18 juillet 1944 - Passant souviens-toi ». Il figure aussi sur le monument commémoratif de la Résistance dans le jardin d’Orsay à Limoges (Haute-Vienne).
Il était le neveu du communiste Blaise Malavaud.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195249, notice MALAVAUD Pierre par Bernard Pommaret, Michel Thébault, version mise en ligne le 8 septembre 2017, dernière modification le 8 mai 2020.

Par Bernard Pommaret, Michel Thébault

SOURCES : ADIRP 87 — SHD GR 16 P 386383 — SHD Caen AC 21 P 82172 — Bulletin des amis du musée de la Résistance de Limoges N°55, 3ème trimestre 2001 — Georges Guingouin Quatre ans de lutte sur le sol limousin Ed. Hachette 1974 — Mémorial genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément