YONG Marcel, Jean, Marie

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 1er juin 1890 à Saint-Thibault (Côte-d’Or) , massacré le 27 août 1944 à Pouillenay (Côte-d’Or) ; cultivateur ; tué en représailles ; victime civile.

Marcel Yong était le fils de Victor, manouvrier et de Claudine Coquille, sans profession. Il était chauffeur d’automobile à Vitteaux et se maria le 23 avril 1921 avec Jeanne Gabrielle Bernard, dont il eut trois enfants. Il s’installa comme cultivateur à Grosbois-en-Montagne, sans doute chez les parents de son épouse également cultivateurs.
Le 23 août 1944, les troupes allemandes en retraite furent accrochées par le maquis. Ayant eu un tué et deux blessés pris dans une embuscade, les allemands investirent le 27 août au matin le village de Grosbois-en-Montagne (Côte-d’Or), soupçonné d’abriter des résistants. Ils rassemblèrent les hommes et en emmenèrent 32 comme otages dont Marcel Yong, en direction de Vitteaux. Quatre kilomètres plus loin, à Uncey-le-Franc douze nouveaux otages vinrent grossir la colonne. À la Roche-d’Y, des arbres abattus en travers de la route pour retarder les déplacements de l’ennemi freinèrent la colonne. Les prisonniers durent libérer le passage. Pendant ce temps la ferme fut pillée et incendiée et Antonin Mias et son commis de ferme [François Jacob->195262} furent capturés et passés par les armes au bord de la route. Le groupe continua jusqu’au carrefour de la route d’Alise, à Pouillenay et en début d’après-midi les otages furent alignés et comptés jusqu’à six, le sixième étant sorti du rang et fusillé. Marcel Yong fut exécuté avec cinq autres hommes.
Il fut inhumé le 20 septembre 1944, à Grosbois-en-Montagne (Côte-d’Or).
Son acte de décès fut transcrit le 30 septembre 1944 à Grosbois. Il obtint la mention "Mort pour la France" inscrite sur l’acte.
Son nom figure sur le monument aux morts de Grosbois-en-Montagne et sur le monument commémoratif du carrefour D 905/D 9, à Pouillenay (Côte-d’Or).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195272, notice YONG Marcel, Jean, Marie par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 13 septembre 2017, dernière modification le 28 septembre 2017.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or tome 4, Dijon 1997.— Articles Journal Le Bien Public des 28 août 2001 et 3 septembre 2006.— Henri Drouot Journal d’un dijonnais pendant l’occupation éd. Études Universitaires de Dijon (EUD), Dijon 1998.— État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément