VIENNET Georgie

Morte le 18 juin 1992 à Paris : chanteuse ; militante abolitionniste de la peine de mort.

Le 5 février 1965 au Ciné-club Zoom16 de Créteil, "Le problème de la peine de mort"

En 1959, Georgie Viennet fonda l’Association française pour l’abolition de la peine de mort, association qu’elle présidait encore en dans les années 1980. Elle porta cette cause avec passion et eut le soutien de Georges Brassens comme de nombreuses personnalités du spectacle et de la politique. Les parrains étaient le Cardinal Gerlier, le grand Rabin Kaplan, François Mauriac et l’avocat Maurice Garçon.

Rendant compte d’un débat télévisé de mai 1970 sur le film d’André Cayatte Nous sommes tous des assassins, Jérôme Gauthier félicite Georgie Viennet, abolitionniste très engagée : « Si je l’avais pu, comme je l’aurais embrassée notre gentille Georgie, quand, à bout de nerf, elle a crié à cet aumônier, à ce ministre des consolations téméraires, qu’elle ne comprenait pas qu’un prêtre, un homme de Dieu, put considérer le couperet comme la patène du calice social ! ». Après l’exécution de Claude Buffet et Roger Bontems le 28 novembre 1972, l’association publia le communiqué suivant : « Nous sommes soulevés de honte et de dégoût à la pensée que la France affiche aux yeux du monde son impuissance à résoudre ses problèmes criminels par d’autres moyens que l’ignoble et avilissante guillotine, qui fait de nous tous des assassins ».


Chanteuse proche des milieux libertaires, connue dès 1955 et produite par la marque Teppaz, elle interpréta un univers poétique avec des textes et musiques de Léo Ferré (qui la soutint et évoqua sa "sensibilité féroce"), Jean Ferrat, Charles Dumont, Francis Carco et Jacques Prévert. Elle avait enregistré son premier disque en 1956 "Georgie Viennet chante Léo Ferré". Elle connut le succès en 1958 avec en particulier une chanson de Jean Ferrat et de Roger Rabiniaux (de son vrai nom Roger Bellion), "Betty de Manchester". En 1959, elle enchaîna les 45 tours mais sa production discographique semble s’arrêter là.
Victime d’un grave accident de voiture, elle s’éloigna de la chanson pour être attachée de presse, notamment dans le domaine de l’art.
Morte d’une crise cardiaque le 18 juin 1992 à Paris, Georgie Viennet fut inhumée dans l’intimité le 23 juin.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195375, notice VIENNET Georgie, version mise en ligne le 12 septembre 2017, dernière modification le 13 septembre 2017.
Le 5 février 1965 au Ciné-club Zoom16 de Créteil, "Le problème de la peine de mort"
Avec Georges Brassens le 16 février 1960, par exiger la fin de la peine de mort après la mort de Caryl Chessman.
Avec Georges Brassens le 16 février 1960, par exiger la fin de la peine de mort après la mort de Caryl Chessman.

SOURCES : Archives du ciné-club Zoom16 de Créteil. — Le Monde, 26 juin 1992. — Le Canard enchaîné, 13 mai 1970. — Christian Moncelet, "La veuve et ses maris", Société et représentation, 2004/2, n°18.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément