PERRIN Jean, Charles, Auguste

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 27 juin 1923 à Riedisheim (Haut-Rhin), mort au combat le 14 juillet 1944 à Trédion (Morbihan) ; FFL - SAS.

Évadé de France par l’Espagne en novembre 1942, Jean Perrin y fut détenu jusqu’en mai 1943. Il rejoignit alors la Grande-Bretagne et rallia les Forces françaises libres (FFL) en juin 1943. Intégré dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL) sous le matricule 35771, il fut breveté à Ringway en août 1943 et affecté au 2e Régiment de chasseurs parachutistes (2e RCP) ou 4e SAS (Special Air Service) du commandant Bourgoin, qui fut parachuté en Bretagne à partir du 6 juin 1944. La mission des SAS était de saboter les voies de communication et de rassembler, équiper, former, encadrer les maquis bretons, avec pour objectif d’empêcher ou au moins de retarder le transfert vers le front de Normandie des troupes allemandes stationnées en Bretagne.

De nombreux résistants appartenant aux Forces françaises de l’intérieur (FFI) et aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF) furent regroupés et armés dans le camp de Saint-Marcel.(Morbihan), qui fut attaqué en force par la Wehrmacht le 18 juin 1944, entraînant l’interruption des liaisons-radio et la dispersion des SAS et des FFI - FTPF, qui furent traqués par la Feldgendarmerie, la Wehrmacht appuyée par de nombreux détachements de soldats russes, géorgiens et ukrainiens rassemblés dans les « unités de l’Est », les agents de l’Abwher (service de renseignements de la Wehrmacht) et du SD (Sicherheitsdienst-Service de sécurité de la SS), ainsi que les agents français de la FAT 354 (Front Aufklärung Truppe) et les miliciens bretons du Bezen Perrot.

Les Britanniques, inquiets de ne plus recevoir de messages, décidèrent de parachuter au cours de la nuit du 22 au 23 juin 1944, au Nord-Est de Sérent (Morbihan), le major britannique Cary-Elwes et son ordonnance le caporal Mills, accompagnés d’un groupe de parachutistes SAS commandé par le lieutenant Jean Fleuriot : Jean Perrin et trois opérateurs-radio, le sergent-chef Jean Marty, Albert Bletterie et Émile Hugounenq qui fut blessé en touchant le sol. Leur mission était de prendre contact avec le commandant Bourgoin, ce qu’ils ne parvinrent à faire que le 26 juin 1944.

Jean Perrin trouva refuge avec plusieurs camarades SAS blessés dans la ferme d’Armand Kerhervé à Kerlanvaux en Trédion (Morbihan). Le 14 juillet 1944, des soldats allemands et des agents français du FAT 354 (Front Aufklärung Truppe) cernèrent et attaquèrent la ferme. Jean Perrin fut tué lors de l’assaut en même temps que cinq autres SAS : Joseph Collobert, Francis Decrept, Joseph Galliou, Frederik Harbison et Paul Miot. Armand Kerhervé fut battu à mort et jeté dans le brasier de sa ferme incendiée, avec les corps de quatre parachutistes SAS.
W

Jean Perrin a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFL.

Dans le Morbihan, le nom de Jean Perrin est inscrit sur le monument commémoratif de Kerlanvaux en Trédion (Morbihan) et sur le mémorial des parachutistes SAS de la France libre érigé au moulin de La Grée à Plumelec.
Il figure aussi sur le monument aux morts de Riedisheim (Haut-Rhin) et sur le mémorial international des SAS à Sennecey-le-Grand.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195529, notice PERRIN Jean, Charles, Auguste par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 19 septembre 2017, dernière modification le 28 août 2019.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Sur le monument de Kerlanvaux en Trédion
Sur le monument de Kerlanvaux en Trédion
Sur le mémorial SAS de Plumelec
Sur le mémorial SAS de Plumelec
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson
Le mémorial international des SAS</br>à Sennecey-le-Grand
Le mémorial international des SAS
à Sennecey-le-Grand
SOURCE : Site 22sas12.over-blog.com

SOURCES : SHD, Vincennes, Al 1Mi 28 608 et GR 16 P 468991. — Arch. Dép. Morbihan, 41 J 46 et 47, 77. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — Joseph Jégo, 1939-1945 Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux, Imprimerie " La Limitrophe ", 1991 — Le Morbihan en guerre 1939-1945, Archives départementales du Morbihan, 2009. — Kristian Hamon, Agents du Reich en Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2011. — René Le Guénic, Les Maquisards chez nous en 1944. Gourin-Le Faouët-Guéménéet Morbihan-Mémorial de la Résistance, Imprimerie Basse-Bretagne-Quéven-Morbihan, 2013. — Site Internet FFL-SAS (photo). — " Lieux mémoriels en Morbihan-Trédion " et " Brûlés vifs par représailles. Le 14 juillet 1944 au village Karlanvaux, en Trédion ", dossiers en ligne sur le site Internet des Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. — État civil, Plumelec (acte de décès).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément