PRÉTOT Julien

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 18 septembre 1891 à Besançon (Doubs), mort au combat le 7 septembre 1944 à Besançon (Doubs) ; plâtrier couvreur ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Julien Prétot était le fils de Théophile Séraphin Ernest, âgé de 42 ans, monteur de boîtes et de Constance Aline Guillemin, âgée de 34 ans. Il se maria le 17 février 1943 à Besançon avec Marguerite Céline Francine Ballay, Il était domicilié 34 chemin de Veilley, à Besançon, où il exerçait le métier de plâtrier couvreur.
À l’approche de la libération, il s’engagea aux Forces françaises de l’Intérieur (FFI), au bataillon de marche de Besançon, 7e compagnie.
Le 7 septembre 1944, la bataille pour la libération de Besançon commença et Julien Prétot qui essayait de rejoindre d’autres résistants avec son voisin Émile Louis Rerat, fut tué dans un accrochage avec l’ennemi, près du bois de Chailluz, à Besançon,
Comme les autres résistants tués au combat les 7 et 8 septembre, il eut des obsèques nationales à l’Institution Saint-Joseph, avenue Fontaine-Argent le 11 septembre 1944.
Il fut inhumé dans le caveau familial au cimetière Saint-Claude, à Besançon le 20 septembre 1944.
Il obtint la mention « Mort pour la France » le 3 octobre 1949 sur avis du ministre des Anciens Combattants et Victimes de Guerre. L’acte fut transcrit le 5 octobre 1949.
Son nom figure sur le monument aux morts, le monument de la Libération, la stèle commémorative 1939-1945, place de la Liberté et sur le livre d’or "À la mémoire des Habitants de Besançon Morts pour la France au cours ou des suites des guerres" et sur les plaques commémoratives de Notre Dame de la Libération à la Chapelle des Buis, à Besançon (Doubs).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195625, notice PRÉTOT Julien par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 26 septembre 2017, dernière modification le 5 octobre 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 131773 (nc).— Portrait du résistant Julien Prétot, par Bernard Carré, dans Vivre aux Chaprais, 2015.— Mémorial Genweb.— État civil.

Version imprimable Signaler un complément