ROBERT Hyacinthe, Joseph, Paul, Romuald

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 12 septembre 1904 à La Possession (Île de La Réunion), exécuté sommairement le 11 juin 1944 à Essarois (Côte-d’Or) ; docteur en médecine ; résistant des Forces françaises de l’Intérieur (FFI).

Hyacinthe Joseph Paul Robert était le fils de Romuald et de Marie Joséphine Grenier. Il se maria avec René Hermeline Bizieu.
Il vint très jeune en France où il fit ses études secondaires et médicales. Il fut interne à l’hôpital Saint-Michel, à Paris et en 1930 il vint s’installer comme docteur en médecine à Laignes où il fut élu conseiller d’arrondissement puis quelques années plus tard à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or).
Lors de la mobilisation en septembre 1939, il fut envoyé dans les Vosges en tant que médecin lieutenant dans une ambulance chirurgicale. Démobilisé, il reprit son activité professionnelle dans le châtillonnais et devint un des premiers médecins du maquis. Le 13 octobre 1943, il fut arrêté par les allemands lors d’une opération de police puis relâché 15 jours plus tard faute de preuves. Il reprit son activité au maquis organisant le service sanitaire de la Résistance et devint en 1944 médecin capitaine des Forces françaises de l’Intérieur (FFI) de la 8ème Région.
Dès l’annonce du débarquement allié le 6 juin 1944, la mobilisation des maquis de la région fut décrétée. De nombreux maquisards se regroupèrent dans la forêt de Châtillon au lieu-dit de la "Grande Réserve". Il y eut rapidement 450 hommes rassemblés. Le 9 juin, les responsables départementaux et régionaux des FFI, visitèrent le maquis et donnèrent l’ordre de rester sur place. Une telle concentration fut vite repérée par l’ennemi. Dès le lendemain à l’aube, plus de 2.000 soldats de la Wehrmacht et plusieurs centaines de russes de “l’Armée Vlassov” cernèrent le maquis et passèrent à l’attaque. Les maquisards tinrent jusqu’à 10 heures et la décision fut enfin prise de se disperser. Après avoir soigné des blessés Le docteur Robert évacua avec la colonne du commandant Pougnadoresse. Il fut fait prisonnier le 11 juin 1944 à Buncey (Côte-d’Or) alors qu’il soignait un maquisard blessé lors du décrochage de la veille. Après avoir été horriblement martyrisé, il a été fusillé avec quatre autres maquisards dans le parc du château d’Essarois le 11 juin 1944 à 13h30. Son corps mutilé fut transporté dans la petite église d’Essarois puis ramené le lendemain à Châtillon-sur-Seine où il eut des obsèques en présence de toute la population le 14 juin.
Il est inhumé dans le cimetière communal Saint-Jean, à Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or).
Il obtint la mention "Mort pour la France", transcrite sur son acte de décès.
Il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume le 29 octobre 1945 et obtint une citation avec attribution de la Croix de Guerre 1939-1945 avec Palme.
Son nom figure sur la stèle commémorative d’Essarois, sur le monument aux morts de Laignes, sur le monument de la Résistance à Villiers-le-Duc (Côte-d’Or) et sur le monument aux morts de La Possession (Réunion). Une rue de Châtillon-sur-Seine porte son nom.



Châtillon-sur-Seine (Côte-d’Or) bataille de la Forêt 10 juin 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article195692, notice ROBERT Hyacinthe, Joseph, Paul, Romuald par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 5 octobre 2017, dernière modification le 17 juillet 2021.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Gilles Hennequin Résistance en Côte-d’Or, tome IV, Dijon 1997.— Comité du Souvenir du monument de la forêt de Châtillon 10 juin 1944. — Site internet Pays Châtillonnais en Bourgogne. — Mémorial Genweb. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément