TROTTET Pierre, dit Bel-Œil, dit Lamy

Par Pierre Baudrier

Opposant clamecycois (Clamecy, Nièvre) au coup d’État de décembre 1851.

En août 1852, Pierre Trottet avait déjà été condamné à mort et aux travaux forcés à perpétuité. En août 1852, jugé après cassation, il bénéficia de témoignages parfois outranciers. « Petit vieillard, assez laid », porteur de lunettes vertes – là c’est le journaliste du Journal des débats qui témoigne —, il est accusé de boire, de frapper son épouse et surtout, d’avoir fait une tentative homicide sur le brigadier de gendarmerie Guyoult le 9 décembre. Il nia et il fut clair que Trottet avait subi un passage à tabac. Un sous-lieutenant le déclara plus violent en paroles qu’en actes, Trottet se disait républicain. Il futcondamné à la déportation en enceinte fortifiée.
Le site des « Poursuivis à la suite du coup d’État de décembre 1851 » l’ignore mais les trentenaires Antoine et Paul Trottet, de Clamecy, qui y figurent, étaient peut-être ses fils.
De toute manière, il nous faut des précisions sur un « vieillard assez laid » … surnommé Bel-Œil ? A une autre époque ? Par antiphrase ? Pourquoi Lamy ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196043, notice TROTTET Pierre, dit Bel-Œil, dit Lamy par Pierre Baudrier, version mise en ligne le 10 octobre 2017, dernière modification le 10 octobre 2017.

Par Pierre Baudrier

SOURCE : Journal des débats, 2 août 1852.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable