BREMESSE Guy

Par Jacques Girault

Né le 3 août 1937 à Rovigo (Algérie), mort le 23 novembre 2016 à Paris (XIVe arr.) ; instituteur ; militant du SNI-PEGC-FEN puis du SNUipp-FSU ; militant communiste ; militant associatif.

Guy Bremesse
Guy Bremesse
Directeur de l’école de la rue de Romainville

Son père, ouvrier agricole dans une exploitation viticole, fut membre du Parti socialiste SFIO puis sympathisant du Parti communiste algérien. Élève de l’école primaire de Maison Carrée puis d’un établissement secondaire d’Alger, Guy Bremesse, après avoir obtenu le baccalauréat, devint maître d’internat au lycée El Biar à Alger. Plutôt partisan de l’Algérie française, au contact de militants progressistes et du Parti communiste Algérien, il devint partisan de l’indépendance. Il quitta l’Algérie le 28 mars 1962.

Un mois après son arrivée à Paris, en avril 1962, il fut nommé suppléant dans une école à Orly. Pendant trois années, il effectua des remplacements. Aux termes de six mois de stage à l’École normale d’instituteurs d’Auteuil, il fut titularisé puis nommé à l’école primaire Belliard à Paris (XVIIIe arr.). À la rentrée 1969, il participa au stage d’un an de spécialisation pour classes de transition. Il assura les classes de 6e et 5e de transition à Belliard, de la rentrée 1970 jusqu’à la fin de l’année scolaire 1977 où ces classes furent remplacées par des classes à programme allégé.
Reclassé en collège, il refusa l’intégration dans le corps des professeurs d’enseignement général de collège. Il postula pour une direction d’école primaire et obtint la direction de l’école des Cheminets (XIXe arr.) de 1982 à 1984. En septembre 1984, nommé directeur de l’école de la rue de Romainville (XIXème arr.), il y resta jusqu’à son départ à la retraite en juin 1999.
Dans les années 1970, Il fut aussi animateur puis directeur de centres de loisirs.

Guy Bremesse se maria en juillet 1962 à Paris (XIème arr.). Divorcé, il se remaria en décembre 1970 à Montreuil (Seine-Saint-Denis) avec Jocelyne Barbé, institutrice puis directrice d’école en Seine-Saint-Denis, militante syndicaliste, militante communiste. Ils eurent un fils.

Guy Bremesse milita au Syndicat national des instituteurs et professeurs d’enseignement général des collèges dans la minorité « Unité et Action » de la Fédération de l’Education Nationale dont il fut le responsable parisien. Il fut élu du personnel au titre du SNI-PEGC à la commission administrative paritaire départementale de Paris.

Après l’éclatement de la FEN, il participa activement, en 1993, à la création du Syndicat national unitaire des instituteurs, PEG et professeurs des écoles, et prit la charge de la trésorerie nationale avec deux autres militants, responsabilité qu’il conserva jusqu’à sa retraite. A la retraite, membre du bureau de la section départementale des retraités du SNUipp de Paris, il fit désigné à la commission exécutive départementale de la Fédération générale des retraités de la Fonction publique.

Pendant sa carrière enseignante, il milita activement pour l’aménagement du temps scolaire (circulaire Calmat-Chevènement) et pour le développement des écoles européennes. Il fut actif aussi à l’Union sportive de l’enseignement public. Militant mutualiste, il fit partie des membres fondateurs de la Caisse du Crédit mutuel enseignant de Paris-Quartier latin, banque mutualiste créée en 2001 et qu’il présida durant une dizaine d’années. Il aida activement au démarrage d’autres caisses dans les départements d’Ile de France.

Guy Bremesse adhéra en 1971 au Parti communiste français dans la section du XVIIIe arrondissement. Membre de la cellule enseignante Pablo Neruda dont il fut le secrétaire, il participa activement aux campagnes électorales dans le XVIIIème arrondissement. Après avoir quitté le PCF dans les années 1990, il réadhéra dans les années 2000 et milita dans une cellule locale du XXème arrondissement. Il fut un des syndicalistes enseignants à appeler à voter pour le candidat du Front de Gauche lors de l’élection présidentielle en 2012.

À sa retraite, délégué départemental de l’Éducation Nationale, il suivait deux écoles du XVIIIe arrondissement. Il prit la responsabilité de trésorier dans l’association « Femmes Relais 20eme », association assurant la médiation auprès des populations émigrées. Il fut en outre écrivain public, d’abord dans une autre association puis à la mairie du XXème arrondissement.

Le 2 décembre 2016, l’Humanité, dans son carnet, annonçait son décès et indiquait que Guy Bremesse avait souhaité que toute participation se fasse en direction de la souscription du journal.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196162, notice BREMESSE Guy par Jacques Girault, version mise en ligne le 15 octobre 2017, dernière modification le 17 août 2021.

Par Jacques Girault

Guy Bremesse
Guy Bremesse
Directeur de l’école de la rue de Romainville
Guy Bremesse dans les locaux du SNUipp
militant communiste

SOURCES : Presse nationale et syndicale. — Renseignements fournis par Jocelyne Bremesse, veuve de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément