SERRE Jeanne

Par Annie Pennetier

Née le 17 juillet 1919 à Ysserville -les-Ysserts (Algérie) ; militante communiste de Paris pendant l’Occupation, déportée.

Son père originaire du Roussillon était marin de commerce, sa mère native d’Algérie travaillait comme femme de ménage. Jeanne Serre avait une sœur aînée, Lucienne, qui partagea son militantisme.
Ouvrière depuis l’âge de douze ans (plieuse à l’usine Fournier-Ferrier) puis commise dans une brûlerie de café, elle vécut à Marseille puis a Paris à partir de 1937. Ouvrière chez Deberny-Peignot (fonderie d’imprimerie) puis chez Froger-Gosselin (pansements) puis à la manufacture d’armes de Levallois.-perret (Seine, Hauts-de-Seine).
Elle militait avec sa sœur aux Jeunesses communistes. Leur mère, domiciliée rue de la Huchette, fut arrêtée en septembre 1940 par la police française, emprisonnée à la Santé puis au Cherche-Midi et enfin libérée en janvier 1941. Lucienne fut responsable des JC pour les 1er, 2e, 3e, 4e arrondissements de Paris. Jeanne s’occupait de l’impression de l’Avant-Garde clandestine avec les imprimeurs Daubeuf, Houdart et autres.
Les deux soeurs furent arrêtées le 19 juin 1942, 23 avenue Trudaine à Paris (IXe arr.) chez les résistants communistes Jean et Marguerite Amélie Rodde, et leur fils [Edouard->, par des inspecteurs des Renseignements généraux qui perquisitionnèrent leur loge de concierge et y saisirent des cartes d’identité et des livrets militaires en blanc, des fiches de démobilisation, des caractères d’imprimerie et des cachets métalliques et caoutchouc de sceaux officiels.
Les cinq résistants furent emmenés pour interrogatoire dans les locaux des Brigades spéciales à la préfecture de police, puis incarcérés au Dépôt de la préfecture de police, mis à la disposition de la Gestapo. Le 10 août 1942, Jean et Édouard Rodde furent livrés aux Allemands au fort de Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis) puis fusillés au Mont-Valérien le lendemain, 11 août, parmi quatre-vingt-huit otages. les trois femmes furent également internées au fort de Romainville, Amélie Rodde libérée le 3 septembre 1942 tandis que Jeanne et Lucienne Serre , déportées, partirent de Compiègne dans le convoi du 24 janvier 1943 (matricule 31637). La police n’a jamais découvert son vrai nom et elle fut appelée Renée Lymber mais elle se disait Carmen. Atteinte du typhus à Auschwitz, comme sa soeur, transportées à Ravensbruck le 7 janvier 1944, elles revinrent de déportation en avril 1945 par la Suède.
Elle fut homologué sergent RIF.
Son frère Louis (1923-2015), résistant FTPF, avait lui aussi été arrêté et déporté.
Sa jeune soeur Christiane arrêtée à Marseille « par les miliciens de Sabiani » début 1944 à l’âge de 14 ans fut relachée grâce à une caution en argent versée par ses employeurs. La maison familiale de Marseille fut détruite dans un bombardement.

Jeanne Serre retourna à Marseille où elle se maria et eut trois enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196209, notice SERRE Jeanne par Annie Pennetier, version mise en ligne le 17 octobre 2017, dernière modification le 29 mai 2021.

Par Annie Pennetier

SOURCES : Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier., édition de Minuit, 1965. — Documentation de Jean-Pierre Ravery. — FMD.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément