GUIDAL René

Né le 13 mai 1920 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), exécuté sommairement à Brest quartier du Bouguen (Finistère), avec les résistants de la prison Pontaniou le 7 août 1944 ; ouvrier voilier ; FFI non répertorié.

La prison de Pontaniou lieu du souvenir résistant des Brestois.
La prison de Pontaniou lieu du souvenir résistant des Brestois.

Fils de Pierre Guidal, journalier, et de Anne Trétout, sans profession, René Guidal, travaillait comme ouvrier voilier au Havre. Réfractaire au STO il rejoignit la Bretagne.
Il fut arrêté à une date inconnue et était incarcéré à Brest avec les politiques et résistants.
Jusqu’à 1940, la prison civile, pour les détenus de droit commun, était la prison du Bouguen à Brest, rive gauche de la Penfeld qui fut en grande partie détruite par les bombardements début juillet 1941. L’on décida d’utiliser la prison militaire de l’arsenal située rive droite de la Penfeld : la prison de Pontaniou. A Pontaniou située sur le territoire de Recouvrance les détenus n’étaient auparavant que des militaires de la marine ou des ouvriers de l’arsenal.
Dès lors, une partie des prisonniers politiques et des résistants, ainsi que des prisonniers de droit commun, ont été détenus à Pontaniou. Ce fut le cas de René Guidal.
Le 6 juillet 1944, 17 résistants de Saint-Pol-de-Léon du réseau "Centurie"- OCM, ainsi que deux résistants de Brest, internés dans la prison de Pontaniou, ancienne maison d’arrêt de l’Arsenal de Brest ont été fusillés sur le champ de tir de la marine attenant situé sur le plateau du Bouguen à Brest. Leurs corps ne furent découverts que 18 ans plus tard. Voir à ce sujet Brest (Finistère) 6juillet 1944.
Le 7 août 1944, les Alliés débutèrent le siège de la ville de Brest qui dura 43 longs jours de feu, d’acier, de sang. En représailles à cet encerclement, tous les prisonniers restant à Pontaniou furent enlevés par les Allemands de la prison et fusillés le 7 août 1944. Date couramment admise par les Brestois faute d’archives ou de témoignages à ce sujet. Incertitude également sur le nombre de victimes de ce second massacre de masse dans Brest encerclé.
Ces prisonniers furent fusillés au stand du plateau du Bouguen puis enterrés dans les douves de la prison civile très endommagée. Seule une partie des corps furent retrouvés en 1945. Le Havrais René Guidal fut, selon l’association des familles de fusillés, exécuté au Bouguen le 7 août 1944. Son nom n’apparait pas dans la liste de 23 fusillés comprenant les 17 de Saint-Paul de Léon. C’est en 1962, qu’en creusant les fondations de l’IUT, on découvrit le charnier du Bouguen et René Guidal ne fit pas partie des nouveaux identifiés. Près de quarante autres résistants resteraient à ce jour introuvables. René Guidal est donc au nombre des disparus du massacre du 7 août 1945.
René Guidal n’est pas présent dans la liste mémorial des résistants de la ville de Brest, par contre, il se trouve sur celle du Havre au monument dédié aux résistants fusillés ou déportés de la ville.
René Guidal a reçu la mention « Mort pour la France »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196313, notice GUIDAL René, version mise en ligne le 16 novembre 2017, dernière modification le 30 mai 2021.
La prison de Pontaniou lieu du souvenir résistant des Brestois.
La prison de Pontaniou lieu du souvenir résistant des Brestois.
René Guidal, prisonnier à Pontaniou, fusillé au Bouguen
René Guidal, prisonnier à Pontaniou, fusillé au Bouguen
 Le Bouguen : les 23 fusillés identifiés, "des dizaines d'autres résistants ont disparu et n'ont pas été retrouvés à ce jour..."
Le Bouguen : les 23 fusillés identifiés, "des dizaines d’autres résistants ont disparu et n’ont pas été retrouvés à ce jour..."

SOURCES : UL CGT du Havre, IHS de Seine-Maritime, Les Visages des martyrs, op. cit.. — État civil. Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime. — 1940-1944 , Édité par l’Association Départementale des familles de fusillés de la Résistance de Seine-Maritime, 1992. — MémorialGenweb. — Association Brest 1944.— Sauvegarde de Pontaniou lieu de mémoire résistante.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément