CHAMFROY André (pseudonyme dans la Résistance « Clair »)

Par Claude Delasselle

Né le 3 avril 1914 à Nancy (Meurthe-et-Moselle) ; tué le 25 août 1944 à Seignelay (Yonne) ; artisan électro-mécanicien ; militant communiste ; résistant du Front national en Saône-et-Loire puis responsable FTP de l’Yonne.

Artisan électro-mécanicien à Chalon-sur-Saône, André Chamfroy fut mobilisé en novembre 1939 et démobilisé en juillet 1940 dans le Midi. Militant communiste, il fut un des responsables du Front national en Saône-et-Loire. Le 17 novembre 1943, sa femme et ses deux beaux-frères ayant été arrêtés, il dut quitter la Saône-et-Loire et fut envoyé dans l’Yonne.
En décembre 1943, il y fut nommé numéro un du Comité militaire régional des FTP avec la fonction de commissaire aux effectifs régionaux (CER). Intransigeant sur la discipline, il était très exigeant et sévère, avec ceux qu’il commandait comme avec lui-même, et de ce fait il fut souvent controversé parmi les résistants FTP de l’Yonne.
Début juin 1944, il fut chargé par Comité militaire régional d’organiser l’insurrection préparatoire à la Libération dans le secteur de Migennes. Un détachement d’une trentaine de FTP occupant Bussy-en-Othe ayant subi, le 7 juin 1944, une attaque qui causa la mort d’un des résistants, il fut reproché à André Chamfroy de ne pas avoir pris les dispositions nécessaires pour assurer la protection de ce groupe. Très déprimé à la suite de cet événement, il fut destitué, à la mi-juillet 1944, de sa fonction de CER au profit de Robert Loffroy et placé en attente d’une affectation dans un autre département.
Le 25 août 1944, il se trouvait à Seignelay où il avait pris le commandement d’un groupe de sédentaires FTP. Un combat fut engagé par des jeeps américaines contre une forte colonne allemande en retraite qui riposta en tirant des coups de canon contre le village. André Chamfroy fut touché à l’épaule et à la tête par des éclats d’obus et mourut peu après.
Une plaque apposée sur le mur d’une maison de Seignelay porte son nom. Il est titulaire de la Croix de guerre et de la carte de Combattant volontaire de la Résistance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196401, notice CHAMFROY André (pseudonyme dans la Résistance « Clair ») par Claude Delasselle, version mise en ligne le 23 octobre 2017, dernière modification le 11 novembre 2017.

Par Claude Delasselle

SOURCES : Robert Loffroy, Mémoires d’un résistant et militant communiste de l’Yonne, Éd ARORY, 2014. — CDrom La Résistance dans l’Yonne, ARORY-AERI, 2004 (Joël Drogland, notice biographique d’André Chamfroy). — Mémorial GenWeb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément