Saint-Laurent-de-Mure (Isère), 17 ; 26 juin 1944

Par Jean-Sébastien Chorin

Les 17 et 26 juin 1944, les Allemands exécutèrent 12 détenus de Montluc à Saint-Laurent-de-Mure (Isère, Rhône depuis 1967).

Le 17 juin 1944, dix détenus furent extraits de la prison de Montluc (Lyon). Les Allemands les firent monter dans une camionnette et les transportèrent à Saint-Laurent-de-Mure (Isère, Rhône depuis 1967). Eugène Lacombe, forgeron à Saint-Laurent-de-Mure, les aperçut vers 18h40 : « Mon atelier se trouve à environ 50 mètres de la route Nationale N°6. […] j’ai vu passer un convoi composé d’une camionnette et d’une voiture de tourisme de couleur noire et semblant être une Peugeot 301. Suivant ces deux véhicules j’ai entendu mais pas vu une motocyclette. [...] » Le convoi s’arrêta au lieu-dit les Glandiers, en bordure du chemin menant de la route nationale 6 (aujourd’hui Départementale 306) à Colombier-Saugnieu. Les Allemands firent descendre les dix prisonniers et les exécutèrent dans le champ au bord du chemin. David Roy, cultivateur au lieu-dit Poulieu à Saint-Laurent-de-Mure, fut partiellement témoin de la scène : « […] vers 19h15, je me trouvais dans un champ situé à proximité de la route menant de St-Laurent-de-Mure à Colombier (Isère). A un moment donné j’ai entendu des coups de feu semblant provenir de la direction de Poulieu. Tout en continuant mon travail j’ai regardé dans cette direction, et, ai aperçu, à environ quatre cents mètres du lieu où je me trouvais, toujours sur la route indiquée ci-dessus, un homme qui se promenait, un fusil à la main. A quelques mètres était arrêtée une camionnette couleur gris foncé. Environ une heure après, lorsque mon travail fut fini, je suis retourné à Poulieu, et en cours de route j’ai constaté la présence de dix cadavres au lieu dit Glandier. A cet endroit j’ai rencontré M. Chavret Clément qui se trouvait à passer. Je lui ai conseillé de prévenir les autorités de St-Laurent-de-Mure. [...] » Informé vers 21 heures, Marcel Baconnier, maire de Saint-Laurent-de-Mure, fit porter les corps dans un hangar.
Le 18 juin 1944, la police judiciaire de Lyon se rendit sur les lieux. L’inspecteur de police examina brièvement les victimes et constata qu’elles avaient été tuées d’une ou plusieurs balles dans la tête. Il se rendit dans le champ de blé où les cadavres avaient été découverts. Il observa les traces de sang et nota qu’elles étaient situées à intervalles réguliers. Il remarqua également que les flaques de sang étaient « jumelées ». De retour dans le hangar, il découvrit des traces de menottes sur les poignets des cadavres. Le policier trouva par ailleurs du pain bis (pain militaire allemand) dans les poches de quelques victimes. Il conclut que les dix hommes avaient été exécutés par les « autorités allemandes », deux par deux, à « presque bout portant » d’un coup de fusil tiré dans la tête.
Les victimes ne portaient pas de pièces d’identité. Il fut donc impossible de les identifier immédiatement. Leurs signalements furent relevés et le service anthropométrique prit une photographie de chaque corps. Les cadavres furent inhumés à Saint-Laurent-de-Mure. Neuf corps sur dix furent identifiés dans les mois qui suivent. Une stèle fut érigée square du 11 novembre 1918 à Saint-Laurent-de-Mure. Elle porte l’inscription « Ici le 17 juin 1944 dix Français tombèrent en martyrs fusillés par les Allemands » et les noms de ces neufs hommes : Gelly Aimé, Walter André, Glotz René, Garcia Carmelo, Renaud Émile, Giraud Pierre, Juban Adrien, Gelly Joseph et Pouzeratte Albert.
Le 26 juin 1944, extraits de Montluc, deux détenus furent contraints de monter dans une Traction avant noire. Vers 12h30, la voiture arriva à Saint-Laurent-de-Mure et s’arrêta au lieu-dit les Glandiers, en bordure du chemin qui reliait la route nationale numéro 6 à la commune de Colombier-Saugnieu. Les Allemands firent descendre les deux hommes du véhicule, ils les exécutèrent puis ils repartirent en direction de Lyon. Un témoin, Gabriel Montchal, entendit les Allemands tirer : « […] vers 12h40, je me trouvais dans un champ situé près de la route de St-Laurent à Colombiers, lorsque j’ai entendu claquer quatre coups de feu. J’ai eu l’impression qu’on venait de tuer quelqu’un car aussitôt après les coups de feu j’ai entendu le ronflement d’une voiture qui faisait demi-tour et qui ensuite démarrait. D’après le bruit de moteur, il me semble que c’est une traction avant. Comme je venais de terminer mon travail, je rentrais sur St-Laurent, lorsque sur le talus à 3 mètres environ de la route, j’ai remarqué la présence de deux cadavres d’hommes. Je me suis approché pour me rendre compte si ces hommes étaient morts. L’un était couché sur le dos et l’autre sur le ventre légèrement tourné. Dès ma découverte, je me suis rendu chez Monsieur le Maire de St-Laurent pour l’avertir. […] ». Le maire alerta la police qui se rendit sur les lieux pour constater les faits. Les policiers découvrirent les deux cadavres dans un pré se trouvant en bordure du chemin vicinal. Les deux hommes reposaient perpendiculairement à la route, les pieds sur le bord du fossé. Sur chacun des deux corps, ils relevèrent les traces d’entrée de deux balles, l’une à la tempe droite et l’autre à la nuque. Les victimes étaient dépourvues de pièces d’identité et ne purent être identifiées immédiatement. Leurs signalements furent relevés, des photographies prises et les deux corps furent inhumés à Saint-Laurent-de-Mure. Les deux hommes, Jacques Godinger et Jean Borowski furent identifiés dans les mois qui suivent.



Liste des victimes identifiées :
BOROWSKI Jean (26 juin)
GARCIA TALTAVULL Carmelo
GELLY Joseph
GELLY Pierre
GIRAUD Pierre Régis
GLOTZ René Edmond
GODINGER Jacques (26 juin)
JUBAN Adrien Marius
POUZERATTE Albert
RENAUD Émile Marcel
WALTER Mario Eugène



Liste des victimes non identifiées :
INCONNU 1

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196459, notice Saint-Laurent-de-Mure (Isère), 17 ; 26 juin 1944 par Jean-Sébastien Chorin, version mise en ligne le 24 mai 2018, dernière modification le 24 août 2019.

Par Jean-Sébastien Chorin

SOURCES : Arch. Dép. Rhône, 3808W605, 3808W606.— Site Internet Geneawiki.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément