GANGOLF Nicolas

Par Philippe Wilmouth, Cédric Neveu

Né le 13 juillet 1921 à Volmerange-les-Mines (Moselle), fusillé le 16 décembre 1944 à Berlin-Ruhleben (Allemagne) ; ouvrier ajusteur ; « malgré-nous », déserteur de la Wehrmacht.

Ajusteur, célibataire, il fut incorporé de force dans l’armée allemande en octobre 1942. Le 17 mars 1944, alors qu’il cherchait à rejoindre la France par la filière « Malou » de Marie-Louise Olivier infiltrée par un agent de la Gestapo, il tomba dans un guet-apens tendu à la frontière à Amanvillers (Moselle annexée) par la Gestapo. Des tirs furent échangés et un agent de la Gestapo fut blessé à la tête. Il fut condamné à mort par un tribunal militaire et fusillé le 16 décembre 1944 à Berlin-Ruhleben (Allemagne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196745, notice GANGOLF Nicolas par Philippe Wilmouth, Cédric Neveu, version mise en ligne le 5 novembre 2017, dernière modification le 5 novembre 2017.

Par Philippe Wilmouth, Cédric Neveu

SOURCES : SHD-PAVCC, dossier-statut. — AD Moselle 69J17, fonds Neigert. - Cédric Neveu, La Gestapo en Moselle, Strasbourg, éd. du Quotidien, 2015, p. 177.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément