KLEJMANN Golda [née HERCBERG]

Par Daniel Grason

Née le 14 janvier 1914 à Lodz (Pologne), morte en 1944 à Auschwitz (Pologne) ; couturière ; militante de la Main-d’œuvre immigrée.

Golda Klejmann née Hercberg
Golda Klejmann née Hercberg

Golda Hercberg était la fille de Joseph et de Laya, née Kalsztan, elle vint en France en 1937, épousa Szmul Klejmann. Le couple eut un enfant et habita 4 rue de Varize à Paris (XVIe arr.). Á la déclaration de guerre Szmul s’engagea dans l’armée française, il fut fait prisonnier, interné en Allemagne. Golda titulaire d’une carte d’identité d’étrangère valable jusqu’au 30 novembre 1943, elle exerça sa profession de couturière dans une maison de la rue de la Paix à Paris (IIe arr.).
La promulgation le 3 octobre 1940 d’un statut des Juifs aggrava la situation des juifs venus de l’est européen, le 2 juin 1941 aggrava leur situation. Une ordonnance allemande du 29 mai 1942 était rendue publique le 1er juin, à compter du dimanche 7 juin 1942 le port de l’étoile jaune était rendue obligatoire. Les 16 et 17 juillet 1942 treize mille juifs (hommes, femmes et enfants) de la région parisienne avaient été raflés par la police française, internés notamment à Pithiviers (Loiret) et déportés ensuite à Auschwitz-Birkenau.
Deux inspecteurs de la BS2 frappèrent à la porte de son domicile le 2 juillet 1943 vers 6 heures du matin, elle n’ouvrit pas. Vers 8 heures 30, un serrurier requis ouvrit, Golda Klejmann était alitée. Au cours de la perquisition du logement composé d’une cuisine, d’une salle à manger, de deux chambres et de toilettes, les inspecteurs saisissaient : trois cartes textiles au nom de Rebecca Malamond, Berthe Rappoport et de Szulina Hercberg ; un livret militaire et un passeport polonais au nom de Szulina Hercberg furent saisis.
Emmenée dans les locaux des Brigades spéciales, Golda Klejmann a été fouillée, elle ne portait aucun objet suspect. Elle était inconnue des différents services policiers. Lors d’une filature, Abram Besserman avait été repéré par les policiers frappant à la porte du logement de Golda Klejmann. Elle déclara ignorer son appartenance au Parti communiste clandestin. Elle l’avait affirma-t-elle rencontré il y avait trois ou quatre mois, elle voulait faire réparer des vêtements. Besserman aurait demandé 800 francs, elle refusa. Sa réponse ne fut pas convaincante, Abram Besserman était l’un des responsables communiste de la Main-d’œuvre immigrée, il s’occupait plus particulièrement de la branche syndicale.
Les policiers frappèrent Golda Klejmann. Elle affirma : « Je ne me suis jamais occupée de politique ». Elle ajouta : « Jamais on ne m’a sollicitée pour être membre d’une organisation communiste. Je n’ai jamais fait le transport d’armes ni de tracts. » Questionnée sur les trois cartes textiles qu’elle détenait, elle répondit qu’elles appartenaient à trois femmes juives déportées. Quant au passeport au nom de Hercberg, il appartenait à son cousin également déporté à Auschwitz.
Internée au camp de Drancy, Golda Klejmann était le 31 juillet 1944 dans le convoi de 1300 détenus à destination d’Auschwitz-Birkenau. Á l’arrivée 726 femmes et hommes ont été gazés à l’arrivée, 291 hommes et 283 femmes sélectionnés subirent le même sort. Le camp a été libéré le 27 janvier 1945 par l’armée Soviétique, 209 détenus de ce convoi étaient vivants dont 141 femmes, Golda Klejmann était morte.
Le nom de Golda Klejmann a été gravé sur le mur des noms au Mémorial de la Shoah rue Geoffroy-l’Asnier à Paris (IVe arr.).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article196816, notice KLEJMANN Golda [née HERCBERG] par Daniel Grason, version mise en ligne le 7 novembre 2017, dernière modification le 21 janvier 2019.

Par Daniel Grason

Golda Klejmann née Hercberg
Golda Klejmann née Hercberg

SOURCES : Arch. PPo. BA 2298, Carton 14 rapport hebdomadaire des Renseignements généraux du 12 juillet 1943, GB 130, GB 190 (photo). – Dominique Rémy, Les lois de Vichy, Éd. Romillat, 1992. – Site internet CDJC.

PHOTOGRAPHIE : Arch. PPo. GB 190.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément