LE BERD Georges, Jules, François, Marie

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Né le 31 décembre 1926 à Josselin (Morbihan), exécuté sommairement le 18 juillet 1944 à Moréac (Morbihan) ; FFI.

Georges Le Berd était le fils de Jules Louis Marie Le Berd, notaire, et de Françoise Emmanuelle Marie De Lanoë. Célibataire, il était domicilié chez ses parents à Josselin (Morbihan).

Il rejoignit les Forces française de l’intérieur (FFI) au sein du 8e Bataillon FFI (ORA) du Morbihan commandé par Eugène Caro [pseudonyme dans la Résistance : commandant Eugène]. Il fut arrêté le 13 juillet 1944 à Pleugriffet (Morbihan), à la ferme du Plessis où se trouvait le PC du 8e Bataillon. Furent aussi arrêtés le fermier Pierre Gillet, qui fut torturé à Josselin avant d’être remis en liberté le 23 juillet, et Eugène Caro qui présenta des faux papiers au nom de Caudal, marchand de bestiaux, et qui fut relâché. Quant à Georges Le Berd qui portait un blouson américain, il ne put nier son appartenance à la Résistance. Interrogé et torturé à Josselin par des agents français de la Front Aufklärung Truppe (FAT), il fut exécuté le 18 juillet 1944 à la carrière de Cosquer-Lojean en Moréac avec le parachutiste SAS Henri Filippi, et les FFI Louis Nadan et Hubert Mollo.

L’acte de décès numéro 32 dressé en mairie de Moréac le 19 juillet 1944 sur la déclaration de François Thébaud, secrétaire de mairie, constate « le décès le même jour à neuf heures d’un individu du sexe masculin dont l’identité n’a pu être établie et dont la mort parait remonter à vingt heures ». Il mentionne que « le corps a été trouvé dans la carrière de Cosquer-Lojean ». Un jugement du tribunal civil de Pontivy rendu le 18 décembre 1945 et retranscrit en mairie de Moréac le 29 janvier 1946, déclare qu’il s’agit du corps de Georges Le Berd.

Georges Le Berd a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFI.

Dans le Morbihan, à Moréac, le nom de Georges Le Berd est inscrit sur le monument érigé à Cosquer-Lojean sur le lieu de son exécution, et sur la liste « Aux résistants isolés massacrés dans le secteur » du monument de Porh le Gal.
À Josselin, où une rue porte son nom, Georges Le Berd figure sur le monument commémoratif érigé place Saint-Martin, sur la liste « Résistants » du monument aux morts, et sur la plaque 1939-1945 de la basilique Notre-Dame du Roncier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article197001, notice LE BERD Georges, Jules, François, Marie par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson, version mise en ligne le 13 novembre 2017, dernière modification le 22 août 2019.

Par Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Sur la stèle du Cosquer en Moréac
Sur la stèle du Cosquer en Moréac
Sur le monument de Porh Le Gal en Moréac
Sur le monument de Porh Le Gal en Moréac
Sur le monument de la place Saint-Martin</br> à Josselin
Sur le monument de la place Saint-Martin
à Josselin
Sur le monument aux morts </br>de Josselin
Sur le monument aux morts
de Josselin
SOURCE :
Photos Jean-Pierre et Jocelyne Husson

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, cote AC 21 P 69 612. — SHD, Vincennes, GR 16 P 346088. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur éditeur à Mayenne, 1978. — Mémorial GenWeb. — État-civil, Josselin (acte de naissance) ; Moréac (acte de décès)

Version imprimable Signaler un complément